"Chalon dans la rue" : une sécurisation insuffisante de l'Etat selon le maire

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 19/07/2018 à 16H06, publié le 19/07/2018 à 12H48
Le maire de Chalon-sur-Saône reproche à l'Etat de ne pas avoir dépêché assez de forces policières pour assurer la sécurité du festival "Chalon dans la rue".

Le maire de Chalon-sur-Saône reproche à l'Etat de ne pas avoir dépêché assez de forces policières pour assurer la sécurité du festival "Chalon dans la rue".

© AFP PHOTO / AFP

Une vive polémique oppose le maire de Chalon-sur-Saône Gilles Platret et le préfet de Saône-et-Loire Jérôme Gutton sur la sécurisation du festival "Chalon dans la rue". La mairie de Chalon dénonce un "désengagement de l'Etat" tandis que le second assure que ses services se "mobilisent fortement".

Démarrage houleux pour "Chalon dans la rue". Le festival de théâtre de rue qui s'étale du 18 au 22 juillet fait l'objet de tensions relatives aux questions de sécurité. Gilles Platret et Jérôme Gutton ont échangé des communiqués très fermes mercredi jusque dans la soirée, entrecoupés semble-t-il d'un coup de téléphone houleux
 
"L'Etat se désengage d'une façon inacceptable de la sécurisation du festival Chalon dans la Rue", un évènement qui "attire chaque année 250.000 visiteurs", a fustigé M. Platret, par ailleurs porte-parole du parti Les Républicains.

Une querelle mouvementée

L'élu pointe notamment l'absence d'une demi-compagnie de CRS, initialement promise, ainsi que des renforts de police nationale de "deux effectifs le samedi soir seulement", tout en saluant l'engagement du commissariat de Chalon, des hommes du dispositif Sentinelle et de la police municipale.
 
"Les services de l'Etat se mobilisent fortement", a rétorqué le préfet, indiquant que "chaque jour, plus de 60 policiers participent à la sécurisation" du festival et que "la gendarmerie est en capacité d'apporter à tout moment et sans délai son appui".
 
La préfecture ajoute que les forces de sécurité nationale ont d'autres engagements dans le département, comme la venue vendredi du champion du monde de football Antoine Griezmann à Mâcon, sa ville natale, et souligne que le festival bénéficie d'une "aide exceptionnelle de 43.000 euros" pour financer des agents de sécurité privée.

"La survie d'un grand nombre de manifestations publiques est aujourd'hui en jeu"

Les "exigences de sûreté renforcées" suite aux attentats "engendrent des surcoûts importants qui menacent l'équilibre de certaines manifestations, notamment d'arts de rue", se sont par ailleurs inquiétées jeudi la Fédération nationale des arts de la rue, l'Association des maires de France et la ville de Chalon-sur-Saône.

Si ces surcoûts continuent "d'être supportés par les collectivités et les organisateurs, le risque de voir ces crédits pris sur les lignes de création et de diffusion est important", ajoute leur communiqué, qui s'inquiète d'un "arrêt prévu du Fonds d'urgence au spectacle" lancé après les attentats de novembre 2015. "La survie d'un grand nombre de manifestations publiques est aujourd'hui en jeu", poursuit le communiqué, critiquant une "interprétation disparate (des) consignes par les préfectures" et refusant que "ces enjeux de sûreté soient confiés à des sociétés de sécurité privées".