Véronique Nordey, disparition d'une figure du théâtre et mère de Stanislas Nordey

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 29/11/2017 à 16H33, publié le 29/11/2017 à 16H23
Véronique Nordey joue dans "Das System" de Falk Richter, dirigée par son fils Stanislas Nordey, en juillet 2008 à Avignon.

Véronique Nordey joue dans "Das System" de Falk Richter, dirigée par son fils Stanislas Nordey, en juillet 2008 à Avignon.

© Anne-Christine Poujoulat / AFP

La comédienne et pédagogue Véronique Nordey, mère du directeur du Théâtre national de Strasbourg Stanislas Nordey, est décédée mercredi à Lyon à l'âge de 78 ans, a annoncé le Théâtre National de Strasbourg dans un communiqué.

L'actrice est décédée "entourée de ses proches", précise le théâtre. Véronique Nordey, qui souffrait d'un cancer, accompagnait son fils Stanislas Nordey, sur les représentations de "Je suis Fassbinder" au TNP de Villeurbanne.

Artiste associée au Théâtre National de Strasbourg depuis 2014, la comédienne a participé récemment à la re-création de "Incendies" de Wajdi Mouawad et dirigé plusieurs ateliers d'acteurs. Elle avait également joué dans "Affabulazione" de Pier Paolo Pasolini au TNS en 2015 et dans "Par les villages" de Peter Handke au Festival d'Avignon en 2013 sous la direction de Stanislas Nordey.

Formée au théâtre par Tania Balachova, Véronique Nordey débute en 1955 à 16 ans dans une mise en scène de "Une Maison de poupée" d'Ibsen aux côtés de Danielle Delorme.

Parallèlement au théâtre, elle joue au cinéma dans "Les Sorcières de Salem" avec le couple Signoret-Montand (1957) et rencontre Jean-Pierre Mocky avec qui elle tourne plusieurs films ("Les Dragueurs" en 1959, "Un couple" en 1960, "Snobs!" en 1962 notamment).

C'est avec Jean-Pierre Mocky qu'elle a un fils, le metteur en scène et acteur Stanislas Nordey avant la séparation du couple en 1971.

Véronique Nordey évolue ensuite vers la chanson, comme interprète notamment de François de Roubaix, Georges Delerue et du parolier Jacques Dor, dont elle aura une fille, Garance Dor.

Elle se consacre ensuite à l'enseignement pendant 20 ans, avant de reprendre la scène principalement sous la direction de Stanislas Nordey mais aussi avec Wajdi Mouawad, Jean Christophe Sais, Nicolas Stemann, Garance Dor.

Elle tourne par ailleurs au cinéma sous la direction de Jean Becker, Anne Fontaine, Lucile Hadzihalilovic, Noémie Lvovsky, Jean-Xavier de Lestrade, Frédéric Provost et Benoît Jacquot (Les Adieux à la Reine" en 2011).