"La Danse de mort" : tout le fiel de Strindberg par des comédiens inspirés

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 18/10/2017 à 20H33, publié le 14/10/2017 à 17H00
Jean Alibert, Pierre Baux Karin et Helene Theunissen dans "La Danse de mort" d'August Strindberg, mis en scène parStuart Seide  au Théâtre de la Reine Blanche, à Paris

Jean Alibert, Pierre Baux Karin et Helene Theunissen dans "La Danse de mort" d'August Strindberg, mis en scène parStuart Seide  au Théâtre de la Reine Blanche, à Paris

© Pascal Gély

August Strindberg (1849-1912), avant-gardiste du théâtre moderne, annonce Samuel Becket et Bergman s’en inspirera dans ses films, puis le mettra en scène au théâtre. "La Danse de mort" donnée au Théâtre de la Reine Blanche à Paris est l’occasion de redécouvrir l’auteur de "Mademoiselle Julie" avec deux comédiens splendides : Jean Alibert et Helene Theunissen.

Scène de ménage métaphysique

Dans une forteresse glaciale au milieu de nulle part, un capitaine zélé et son épouse, ancienne actrice, s’écharpent devant un invité imprévu. Rancune et petits arrangements alimentent l'anniversaire de leurs 25 ans de mariage, entre grotesque, humour et tragédie.
Interview du metteur en scène Stuart Seide pour la pièce "La Danse de mort" d'August Strinberg
C’est à une apocalyptique scène de ménage aux échos métaphysiques qu’invite "La Danse de mort". Ecrite en 1900-1901, le tournant du siècle, la Belle-époque, cette pièce dans la veine naturaliste de Strindberg semble annoncer la Première Guerre mondiale à venir. Dans son décor de garnison, ce couple en déliquescence à force de perdurer sur des compromis multiples, est en attente d’un affrontement final. Ce qui n’est pas sans évoquer "Le Désert des Tartares" de Dino Buzzati.
Jean Alibert, Pierre Baux Karin et Helene Theunissen dans "La Danse de mort" d'August Strindberg, mis en scène parStuart Seide  au Théâtre de la Reine Blanche, à Paris

Jean Alibert, Pierre Baux Karin et Helene Theunissen dans "La Danse de mort" d'August Strindberg, mis en scène parStuart Seide  au Théâtre de la Reine Blanche, à Paris

© Pascal Gély

Le sabre contre le verbe

C’est à cette guerre des sexes qu’invite Strindberg. Chacun défend son point de vue, à force de souvenirs amers, de reproches, de mauvaise foi, de mensonges ou de vérités, parfois avec un cynisme d’un comique achevé. Car l’on rit aussi dans ce pugilat. Jean Alibert et Helene Theunissen traduisent toute la palette de sentiments qui les habitent, en s’appropriant le texte avec une puissance et une occupation de l’espace qui provoquent l’identification immédiate, dès les premières salves.

La mise en scène de Stuart Seide, dans le dépouillement d’un décor abstrait, où trône un sabre, objet chéri du capitaine, se concentre sur le texte et le jeu. En ressort une haine tangible, dans la violente phallocratie crasse de l'un, et les mots cinglants et méprisants de l'autre. Jusqu'à un dénouement inattendu. Car si l’on dit souvent Strindberg misogyne, cette "Danse de mort" n’est pas si simpliste, mais à double tranchant et plus que jamais d’actualité.

"La Danse de mort" : affiche Théâtre de la Reine Blanche (2017)

"La Danse de mort" : affiche Théâtre de la Reine Blanche (2017)

© Théâtre de la Reine Blanche


Distribution : Jean Alibert, Helene Theunissen, Pierre Baux, Karin Palmieri