"Human Bomb" sur scène, l'être humain derrière le preneur d'otage

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/11/2013 à 10H45
Un huit-clos entre cinq personnages mis en scène par Jean-Michel Rivinoff

Un huit-clos entre cinq personnages mis en scène par Jean-Michel Rivinoff

© Pashrash

En mai 1993, « Human Bomb », un homme entouré d'une ceinture d'explosifs prenait en otage tous les élèves d’une classe de Neuilly-sur-Seine. Vingt ans après, ce fait divers tragique est devenu « Etre humain », une pièce écrite par Emmanuel Darey et mise en scène par Jean-Michel Rivinoff. Un huit-clos étouffant qui sera joué le 29 novembre à Saran puis du 10 au 12 décembre à Tours.

Reportage : Fabienne Marcel, Amélie Rigodanzo, Anne-Astrid Grandveau

https://videos.francetv.fr/video/NI_140349@Culture

Rappel des faits

Le 13 mai 1993, Erick Schmidtt, un Héraultais de 42 ans, pénètre dans l’école maternelle Commandant-Charcot de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Armé d’un pistolet et la taille entourée d’une ceinture d’explosifs, il prend en otage vingt-et-un élèves âgés de 3 et 4 ans. Ses exigences : une rançon de 100 millions de francs et une voiture. En cas de refus, il menace de tout faire sauter. S’ensuivent 46 heures de négociations avec celui qu’on surnommera HB, « Human Bomb ». 

Un homme dépressif 

Les hommes du Raid vont profiter de l’assoupissement d’Erick Schmitt (provoqué par un somnifère glissé dans un café pour pénétrer dans l’école. Durant l’intervention, il est tué de trois balles dans la tête par un policier. Les conditions de sa mort vont susciter la polémique. Érick Schmitt était un ancien militaire spécialisé dans le maniement des explosifs. Il avait monté une entreprise d’informatique qui était tombée en faillite deux avant la prise d’otage. Il avait préparé son intervention depuis le domicile de ses parents à Cers, dans l’Hérault. Ses amis l’ont décrit comme un homme « doux, calme, méticuleux et qui adorait les enfants. »
Emmanuel Darey s’est emparé de ce fait divers pour imaginer une pièce polyphonique avec 5 acteurs qui incarnent les personnages clés : HB appelé « Monsieur Cagoule » par les enfants (joué par Jean-Jacques Simonian), Marianne l’institutrice (Leslie Bouchet), la femme pompier qui a administré le somnifère (Delphine Cheverry), la sœur du preneur d’otages (incarnée par Catherine Vuillez, elle n’était pas présente en réalité) et le tireur qui a abattu HB (Matthieu Lemeunier).
Etre humain visuel bis © Pashrash
Il ne s’agit en aucun cas d’une reconstitution exacte des événements. Comme l’explique le metteur en scène Michel Rivinoff, « Il n’est pas question de justifier l’acte mais tenter de comprendre comment Il en arrive là…Darley interroge sans donner de réponse. Ce qu’il rappelle, c’est que les gens ne sont pas entièrement contenus dans leurs actes ».

"Etre humain" un texte d'Emmanuel Darley, mise en scène Jean-Michel Rivinoff avec la Compagnie la Lune Blanche - le 29 novembre au Théâtre de la Tête Noire à Saran puis du 10 au 12 décembre au Nouvel Olympia à Tours