RENCONTRE. James Thierrée triomphe toujours avec "Raoul", dix ans après sa création

Par S.Hilarion, N.Hayter @Culturebox
Mis à jour le 11/03/2019 à 17H10, publié le 09/03/2019 à 16H12
James Thierrée sur la scène de la Scala Paris où il reprend avec succès jusqu'au 20 mars sa pièce "Raoul".

James Thierrée sur la scène de la Scala Paris où il reprend avec succès jusqu'au 20 mars sa pièce "Raoul".

© Culturebox - capture d'écran

Comédien, danseur, acrobate, élevé dans un cirque, le petit-fils de Charlie Chaplin est un artiste inclassable, qui a su se faire un nom. Un univers onirique qui séduit le public à chacun de ses spectacles. C’est le cas de "Raoul", l’histoire d'un roi déchu qui vit dans sa tour, isolé du monde. Une pièce créée en 2009, et que James Thierrée reprend en ce moment à La Scala Paris.

Dix ans se sont écoulés, et pourtant James Thierrée ne semble pas avoir perdu de sa vitalité quand il s’agit de reprendre le rôle de "Raoul". Car finalement il ne l’a jamais vraiment lâché son "Raoul", régulièrement rejoué depuis 2009, entre deux nouveaux projets. Une pièce en solo sur la solitude, pour un artiste protéiforme à l’univers poétique. Rencontre avec un artiste aux multiples facettes.

Reportage : N. Hayter, S. Pichavent, E. Guyonnet, A. Lévêque

https://videos.francetv.fr/video/NI_1372805@Culture

Abattre ses propres murs

Raoul a toujours vécu dans sa hutte jusqu'au jour où sa tranquilité est perturbée. Il se heurte alors à un monde peuplé d'étranges créatures qui vont le pousser à se réveiller, à danser et même à voler.

"Raoul c'est chaque personne en face de moi, chaque soir. Raoul c'est le grand père ou le type qu'on aime bien. C'est pas un héros de la mythologie. C'est quelqu'un qui doit abattre ses propres murs et la seule personne qui peut l'aider à le faire c'est lui-même.

James Thierrée

Un travailleur acharné

"Raoul" est un spectacle très exigeant physiquement pour James Thierrée : "C'est un épuisement régénérateur. C'est celui qu'on espère tous. C'est l"épuisement de vivre totalement au service de son défi".

Le travail, cela ne fait pas peur à James Thierrée. Avec des parents qui l'ont initié au cirque dès l'âge de quatre ans et un grand père qui se faisait appeler Charlot, il a été à bonne école :

Mon grand-père était un travailleur acharné, mes parents aussi. Le travail pour atteindre un objectif simple : être à la hauteur de l'enjeu.