En tournée avec "Ecoute donc voir", Raphaël Thiery perd la vue et retrouve ses sens

Par @Culturebox
Mis à jour le 01/03/2018 à 15H18, publié le 01/03/2018 à 13H37
Raphaël Thiery joue "Ecoute donc voir"

Raphaël Thiery joue "Ecoute donc voir"

© France3/Culturebox

A 56 ans, Raphaël Thiery rejoue au théâtre une enfance abîmée par une maladie orpheline qui lui brouille la vue et manque de l'écarter du monde. Le comédien et musicien bourguignon interprète "Ecoute donc voir" en tournée, un spectacle coécrit et mis en scène par Patrick Grégoire.

Un coffre de joueur de cornemuse, une silhouette pesante, ramassée, et sur scène, le récit d'une enfance martyrisée par une maladie orpheline qui a à jamais voilé son regard sur la vie.
"Ecoute donc voir", le spectacle joué par Raphaël Thiery, mis en scène et coécrit par son ami Patrick Grégoire, est un bond dans le passé du comédien qui s'achève à l'âge de 15 ans, lorsque musique puis théâtre le sauvent du brouillard dans lequel l'avait enfermé la maladie qui ronge les cornées de ses yeux.

https://videos.francetv.fr/video/NI_1194501@Culture

 

"Un texte universel, basé sur ma vie, mon parcours et mon handicap dont je me suis fait un allié.

Raphaël Thiery
Comédien

Raphaël Thiery a implanté sa compagnie "L'Estaminet rouge" à Anost, dans le sud du Morvan, aux marches de sa Bourgogne natale. Là, il a muri son spectacle, une pièce en solo déjà jouée une centaine de fois au festival d'Avignon. 
Le texte raconte ses années d'enfance, années de souffrances, hachées de multiples opérations à ses yeux menacés de cécité.

"A 10 ans, mon oeil se voyait comme le nez au milieu de ma figure"... Les cruelles moqueries de ses petits camarades se résument en un surnom : "Coco Bel Oeil". L'oeil finira par mourir et le petit Raph, plongé dans l'obscurité des chambres d'hôpital subit en silence les affres de la maladie orpheline qui condamne ses cornées.

La thérapie de la cornemuse

A l'adolescence, Raph se révolte contre ce que la médecine impuissante qualifie de "taies cornéennes". Pour sortir de sa douleur muette, il choisit la tonitruante cornemuse et les musiques traditionnelles. Son instrument lui rend le souffle de la vie et sa massive corpulence prend possession des scènes de théâtre. On  remarque Raphaël Thiery à Cannes en 2016 dans le film "Rester vertical" d'Alain Guiraudie où il campe un paysan. "Celui à qui l'on jetait des cailloux est devenu quelqu'un" songe t'il sur le tapis rouge, "j'ai exhumé tout ça avec la musique puis le théâtre et enfin le cinéma".

"Ecoute donc voir" est en tournée dans plusieurs villes de France, Raphaël Thiery n'a pas tout à fait perdu la vue et a retrouvé les sens de sa vie.