Ils font le Festival d'Avignon 2018 : Ivo van Hove, dans les coulisses du pouvoir

Par @Culturebox
Mis à jour le 09/07/2018 à 10H21, publié le 28/06/2018 à 15H17
Ivo van hove paysage 4/2 © Jan Versweyveld

Après les "Tragédies romaines" de Shakespeare en 2008 et des "Damnés" d’après Visconti en 2016 qui ont fait grand bruit, le metteur en scène Ivo van Hove revient au Festival d’Avignon. Il présente sa dernière création : "Les choses qui passent", premier volet de la trilogie de Louis Couperus, à travers laquelle il explore la fatalité de l’héritage familial.

La fiche bio de Ivo van Hove


Le metteur en scène flamand débute sa carrière en Belgique où il met en scène ses propres créations, puis devient directeur de la compagnie du Zuidelijk Toneel, à Eindhoven aux Pays-Bas, entre 1990 à 2000. Depuis 2001, Ivo van Hove assure la direction de la troupe de 21 comédiens du Toneelgroep Amsterdam. Avec son fidèle complice le scénographe Jan Versweyveld, cet amoureux du théâtre s’est peu à peu imposé sur la scène internationale avec des œuvres et des adaptations données dans les théâtres et opéras du monde entier. Il a reçu plusieurs distinctions dont le prix du meilleur spectacle de l'année pour "Vu du pont" d'Arthur Miller donné en version française au Théâtre de l'Odéon (Ateliers Berthier), et le Prix du meilleur spectacle étranger pour "Kings of War", un concentré de cinq pièces de Shakespeare (Henry V, Henry VI -trois pièces- et Richard III) en 4h30 présenté au théâtre national de Chaillot en 2016. 

  • Des antichambres du pouvoir aux tragédies modernes
     
L’œuvre de Ivo van Hove se veut profondément protéiforme et moderne, abordant les tragédies romaines et les drames politiques, sociaux et historiques sous un éclairage résolument contemporain. Ses créations explorent avec finesse et acuité les thèmes de la brutalité, de la radicalité et de la folie liées à l’exercice du pouvoir. À la fois subversif et sobre, passé maître dans l’art de la dissection des mécanismes du pouvoir sans pour autant céder à l’outrance, Ivo van Hove met l’audace des dispositifs techniques au service de la passion théâtrale : musique live, rythme et plans cinématographiques, projection et montage vidéos, allers-retours entre la scène et le hors champs... Tension, intensité et singularité sont les maîtres mots du metteur en scène flamand, tant sur le plan de la scène, que des émotions et du jeu.

  • Un répertoire électique et imposant 
     
De Sophocle à William Shakespeare en passant par Marguerite Duras, Albert Camus ou encore David Bowie et John Cassavetes, le metteur en scène prolifique a signé une centaine de mises en scène au théâtre comme à l’opéra, ainsi que des spectacles et des adaptations de films, de romans et de musicals. En voici quelques-unes :

En 2008 au Festival d'Avignon, il présente son projet ambitieux rassemblant les trois "Tragédies romaines" de William Shakespeare : "Coriolan", "Jules César", "Antoine et Cléopâtre". La pièce de théâtre est saluée par la critique et reprise du 29 juin au 5 juillet 2018 au Théâtre National de Chaillot.
Tragédies romaines1 © Jan Versweyveld
 
En 2016, il ouvre le Festival d’Avignon avec la mise en scène percutante de "Les Damnés"  d’après le film de Luchino Visconti avec la Troupe de la Comédie-Française dans la Cour d’honneur du Palais des Papes.
"Les Damnés", mise en scène d'Ivo van Hove

"Les Damnés", mise en scène d'Ivo van Hove

© Anne-Christine Poujoulat/AFP
Toujours la même année, il signe la mise en scène de la comédie musicale "Lazarus" de David Bowie à Broadway.
Ils font le Festival d'Avignon 2018 : Ivo van Hove, metteur en scène
 
En 2018, il explore la conquête du pouvoir avec la mise en scène du drame politique "Boris Godounov" de Moussorgski d’après Pouchkine, en version shakespearienne pour l’Opéra de Paris.
Ils font le Festival d'Avignon 2018 : Ivo van Hove, metteur en scène


Pour la 72e édition du Festival d’Avignon, il présente "Les choses qui passent", le premier volet de la trilogie de Louis Couperus. Une pièce à découvrir dans la Cour du Lycée Saint-Joseph.