"Suspection" la première pièce mise en scène par Enki Bilal

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/11/2010 à 09H32
"Suspection" la première pièce mise en scène par Enki Bilal

"Suspection" la première pièce mise en scène par Enki Bilal

© Culturebox

La création à Lattes de Suspection, tiré du livre de Fabienne Renault "Mémoires d'une teigne" est incontestablement l'un des temps forts de la saison du théâtre Jacques-Coeur. Une première mise en scène théâtrale du dessinateur et réalisateur Enki Bilal très attendue. La pièce met en scène Evelyne Bouix, avec la voix de Jean-Louis Trintignant. A découvrir les 25 et 26 novembre 2010 à Lattes puis à partir du 30 novembre 2010 au théâtre du Rond-Point à Paris.

https://videos.francetv.fr/video/NI_480473@Culture

Déjà scénariste, peintre, réalisateur mais surtout star de la BD, consacré par le marché de l'art, Enki Bilal ajoute une corde à son arc : la mise en scène théâtrale. Et pour cette première, il associe son univers aux portraits savoureux de Fabienne Renault. Une collaboration qui ne doit rien au hasard. Ce livre de souvenirs d'enfance écrit par sa compagne croque sur le vif des portraits de copines, de villageois qui l'ont marqué, des gens qui agacent, amusent ou fascinent. Bilal lui, les rend laids et menaçants. Il y ajoute cette noirceur oppressante qui caractérise ses créations. Il transporte le personnage féminin dans une sorte de salle de torture où on l'interroge sur son passé, où on lui extorque ses souvenirs. Elle porte une combinaison qui évoque celles des prisonniers de Guantanamo. Une façon pour lui de porter une nouvelle fois un regard critique sur notre société. Presque une obsession pour ce jeune  regard critique sur les systèmes totalitaires nés au XXe siècle et qui créent les machines qui fouillent l'intimité et bafouent l'innocence des êtres. Presque une obsession, pour ce français né en République Fédérale Socialiste de Yougoslavie d'un père bosniaque et d'une mère slovaque. Son père était maître-tailleur et s'occupait personnellement de la garde-robe de Tito, qu'il avait connu dans la résistance. Son enfance dans la Yougoslavie de Tito et son exil en France nourrissent ses créations.

- > A voir aussi sur Culturebox :
->>
rêve-d'automne-du-norvégien-Jon-Fosse-mis-en-scène-par-Patrice-Chereau
->> expo-d_affiches-contre-la-peine-de-mort--deux-graphistes-chaumontais-selectionnes