Sophocle : avec ou sans Bertrand Cantat ?

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/11/2011 à 10H51
Bertrand Cantat

Bertrand Cantat

© Myspace de Shaka Ponk

C’est la formule "à la carte" trouvée par le théâtre de Célestins de Lyon pour satisfaire les fans (du 9 au 13 novembre) et les détracteurs (du 15 au 19 novembre) de l’ancien chanteur de Noir Désir, décrié depuis la mort de Marie Trintignant.

Cantat a composé et interprêté la musique de la Trilogie « Des Femmes » de Wajdi Mouawad. L’homme de théâtre libanais met en scène les tragédies grecques de Sophocle consacrées aux figure féminines : les Trachiniennes, Antigone et Electre.

Depuis le printemps dernier la polémique n’a pas faiblie. En juillet, Cantat a renoncé à Avignon pour respecter la douleur de Jean Louis Trintignant, père de son ancienne compagne. Le spectacle a eu lieu sans lui.

Des représentations au Canada ont été annulées, ainsi qu’à Barcelone. En Octobre à Bourges le chanteur n’a participé qu’à l’intégrale.

Réaction de Wajdi Mouawad :

https://videos.francetv.fr/video/NI_481241@Culture

Avec ou sans Cantat, la présence du chanteur est palpable.

Sans : c’est ainsi que nous l’avons vu à Avignon. Pas du tout gêné au départ par cette absence. Mais Cantat a enregistré ses chants et soudain on a été bouleversé par cette voix éraillée d’où s’échappe une complainte douloureuse. Du rock pur qui semble couler de source pour évoquer le chœur traditionnel. Sur la scène un guitariste, un bassiste et un batteur produisent un son puissant.

Avec : c’était à Bordeaux, filmé par notre correspondant au mois de juillet :

https://videos.francetv.fr/video/NI_481231@Culture

De ces 6 heures de spectacles vues au festival d’Avignon, ce sont les Trachiniennes qui nous ont le plus marqué. Sans doute parce que des tragédies de Sophocle, c’est l’une des moins connues. Mais iI y a aussi la force de la mise en scène : le galop des chevaux, les posters de femmes brandis comme des étendards, l’eau qui purifie omniprésente (presque trop !), la présence des musiciens (que l’on regrette de voir disparaître dans Antigone et Electre). Quant à l’histoire, elle est cruelle et bouleversante : Déjanire apprenant le retour d’Hercule, son époux, et l’existence d’une rivale, envoie à son mari une tunique censée le rendre fidèle. Mais empoisonnée à son insu par le Centaure, l’étoffe provoque la mort de l’être aimé.

"Des Femmes" de Sophocle au Théâtre des Célestins de Lyon. Du 9 au 19 novembre 2011.
Mise en scène de Wajdi Mouawad. 
1h45 par spectacle. Durée de la Trilogie avec deux entractes: 6h30. Relâche : lundi et mardi.  
Réservations : 04 72 77 40 00