Philippe Duquesne chante Gainsbourg "par hasard et pas rasé"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/02/2012 à 18H19
Philippe Duquesne revisite Gainsbourg

Philippe Duquesne revisite Gainsbourg

© Philippe Delacroix

"Par hasard et pas rasé", c'est le titre d'un spectacle théâtral et musical imaginé par le comédien Philippe Duquesne autour du répertoire de Serge Gainsbourg. Avec l'aide de Camille Granville à la mise en scène, l'ex membre des Deschiens a mis l'accent sur des titres peu connus de l'homme à la tête de chou. Une tournée de trente dates est prévue dans toute la France. Reportage de France 3 Alpes lors de son passage à Annecy.

 

https://videos.francetv.fr/video/NI_129663@Culture

 

La rencontre entre Gainsbourg et Philippe Duquesne a eu lieu quand ce dernier avait une dizaine d'années. C'est à cette époque qu'il a acheté son premier disque, et c'était "L'ami Caouette". Depuis, il y a eu dans la carrière de ce Béthunois quelques clins d'oeil au grand Serge : un rôle dans "Elisa", le film de Jean Becker où la célèbre chanson revient comme une ritournelle entêtante et puis un autre dans "Gainsbourg Vie héroïque" de Joan Sfar. Mais dans "Par hasard et pas rasé" (qui est à l'origine le titre d'une chanson de Gainsbourg), il a enfin le premier rôle.

 

 

Jusqu'à présent en effet, Philippe Duquesne a trop souvent été cantonné  aux seconds rôles. Repéré avec Les Deschiens, la bande formée par Macha Makeïeff et Jérôme Deschamps, il n'a pas réussi à émerger de façon aussi évidente que Yolande Moreau et François Morel.

 

 

Pourtant, son visage est connu du public car il a joué dans de nombreux films : "Sade", "Quand la mer monte", "Un long dimanche de fiançailles", "Enfermés dehors", "Bienvenus chez les ch'tis", J"e vous aime très beaucoup"ou encore "Les femmes du 6ème étage".

 

Philippe Dusquesne avec Anne Marivin,  Kad Merad et Guy Lecluyse dans Bienvenue chez les Ch'tis

Philippe Dusquesne avec Anne Marivin, Kad Merad et Guy Lecluyse dans Bienvenue chez les Ch'tis

© Pathé Distribution

 

Dans "Par hasard et pas rasé", il retrouve un peu de cet esprit Deschiens. Il campe en effet Françky, un chanteur de province, avec cheveux gominés et costume de scène, qui cachetonne dans les petites salles en chantant du Nougaro, du Eddy Mitchell. Et puis un soir, il doit chanter du Gainbourg, entouré de deux choristes un tantinet nunuches et de trois musiciens un peu ringards. Mais en trois actes et vingt-huit chansons, tout ce beau monde va dévoiler son talent et Francky deviendra Serge, chemise en jean et sensibilité à fleur de peau.