L'embuscade de "Palestro" au théâtre ou comment se libérer de la Guerre d'Algérie

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/11/2017 à 10H44, publié le 23/11/2017 à 10H43
"Palestro", un texte d'Aziz Chouaki, une mise en scène de Bruno Boulzaguet, les non-dits de la guerre d'Algérie 

"Palestro", un texte d'Aziz Chouaki, une mise en scène de Bruno Boulzaguet, les non-dits de la guerre d'Algérie 

© Alain Richard

Le théâtre des Bernardines de Marseille présente jusqu'au 25 novembre 2017 "Palestro" écrit et mis en scène par Aziz Chouaki et Bruno Boulzaguet. En portant à la scène les horreurs de la guerre d'Algérie, le metteur en scène français et l'auteur algérien trouvent une façon de se libérer des tabous et non-dits familiaux.

Pour parler de la guerre d'Algérie, le mettteur en scène Bruno Boulzaguet choisit la pudeur et l'intime. "Palestro", sa dernière création est l'adapation d'un texte qu'il a écrit avec Aziz Chouaki. La pièce qui s'apparente à un documentaire-fiction est présentée en ce moment au théâtre des Bernardines de Marseille jusqu'au 25 novembre 2017.

Reportage : C. Pesci / D. Pajonk / A. Despretz

https://videos.francetv.fr/video/NI_1127319@Culture

Les mots pour exorciser le passé

D'un côté un français, de l'autre un Algérien.Tous deux fils soldats de la guerre d'Algérie. Fils de combattant de l’Indépendance pour l'un, fils d’appelé pour l'autre. "Palestro" est un récit écrit à quatre mains : celles d'Aziz Chouaki et celles de Bruno Boulzaguet. Ce dernier l’a adapté pour le théâtre. "Palestro" débute à la lecture d'une carte postale laissée par un père à ses enfants. Datée du 18 mai 1956, il l’avait envoyée lors de sa mobilisation en Algérie. On y voit les gorges de Palestro. Aujourd'hui, ils sont devenus adultes, le père vient de mourir dans un accident de voiture et tous les souvenirs ressurgissent. Les secrets aussi, toute cette histoire chargée de tabous et non-dits. Témoin de l’embuscade de Palestro, il laisse à ses enfants un énigmatique testament. 
Palestro photo © Alain Richard

Grâce à l'écriture et à la mise en scène de "Palestro", Bruno Bourlzaguet et Aziz Chouaki tentent d'exorciser cet héritage lourd et pesant. 

Le sujet principal est surtout l'héritage de la guerre d’Algérie, une guerre héritée de son père ou de son grand-père avec toute l'opacité des événements

Bruno Boulzaguet
Metteur en scène

Palestro : l'horreur engendre l'horreur 

Le 18 mai 1956, vingt soldats français tombent dans une embuscade dressée par des maquisards algériens à Palestro. Un massacre, un seul survivant. S'ensuit une terrible répression française sur cette région kabyle. L’armée française tue cinq mille algériens et surtout légitime l'utilisation de la torture comme moyen de renseignement. C'est aussi cet événement qui marquera le tournant de la Grande Histoire.
Luc-Antoine Diquero dans "Palestro"

Luc-Antoine Diquero dans "Palestro"

© Alain Richard
Inspirés de ce fait historique et du mutisme de leurs familles, le duo Boulzaguet-Chouaki lève un coin du voile.