Les Molières, récompenses du théâtre, c'est ce soir sur France 2

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 28/05/2018 à 16H33, publié le 26/05/2018 à 14H39
Rod Paradot et Yvan Attal dans "Le fils" de Florian Zeller

Rod Paradot et Yvan Attal dans "Le fils" de Florian Zeller

© Lisa Lesourd

La 30e cérémonie des Molières pourrait consacrer lundi pour la première fois l'acteur de cinéma Yvan Attal, récompenser une pièce sur un juif dans la France de Vichy ou un classique comme "Les fourberies de Scapin". Organisée salle Pleyel, la cérémonie sera retransmise sur France 2 lundi soir en différé à 23h05.

La 30e cérémonie des Molières sera présentée pour la deuxième fois de son histoire par une femme, l'actrice et metteure en scène Zabou Breitman.

Les Molières ont été "sauvés" il y quatre ans par Jean-Marc Dumontet, l'influent directeur de théâtres parisiens, après une interruption de trois ans à la suite d'une défection de directeurs du théâtre privé.

Baisse d'audience depuis trois ans 

Les Molières, plus importante cérémonie récompensant le théâtre français, connaît pourtant une baisse d'audience depuis trois ans. 

"Les années précédentes, on a fait des audiences autour d'un million (de téléspectateurs) donc c'est tout à fait honorable, mais j'aurais effectivement envie d'un meilleur horaire", a déclaré lundi à l'AFP Jean-Marc Dumontet, qui est aussi président de l'Académie des Molières.
Il estime qu'il s'agit d'"un formidable vecteur de communication pour le théâtre" qui a pour effet de "faire beaucoup parler des pièces avant la cérémonie".

Le directeur des théâtres parisiens réfute l'adjectif d'"élitiste" qui colle parfois à la cérémonie. 
"Ce n'est pas une critique justifiée, on a introduit le 'one man show' il y a trois ans, il y a des pièces un peu élitistes, d'autres populaires, on embrasse toutes les oeuvres", estime-t-il.

Six nominations pour "Le Fils" de Florian Zeller

Yvan Attal pourrait empocher pour la première fois un Molière pour son interprétation très réaliste du père d'un adolescent traumatisé dans "Le Fils" de Florian Zeller (six nominations). "Les gens venaient me parler de leur fils et on se rend compte à quel point il y a des familles qui vivent des choses similaires", confie à l'AFP l'acteur, mari de Charlotte Gainsbourg.
 
Florian Zeller, l'un des dramaturges français les plus en vue, avait déjà remporté le Molière de la meilleure pièce pour "Le Père", très acclamé à l'étranger. "Je voulais une déstabilisation émotionnelle. Nous avons envie parfois de nous confronter à la réalité dans sa version la plus brutale", a affirmé à l'AFP l'auteur de théâtre âgé de 38 ans, nommé à plusieurs reprises aux Tony Awards américains et aux Laurence Olivier Awards britanniques.
 
La cérémonie pourrait récompenser le jeune Rod Paradot (César du meilleur espoir masculin en 2016 pour "La tête haute") qui joue le rôle du fils ainsi que la mise en scène de Ladislas Chollat.

Six nominations aussi pour "Adieu Monsieur Haffman"

Yvan Attal, dont c'est la deuxième apparition au théâtre, est aussi en lice dans la catégorie du théâtre privé avec Jean-Pierre Darroussin, l'un des acteurs les plus appréciés des Français, dans une reprise d'"Art", pièce à succès de Yasmina Reza, et Grégori Baquet, convaincant dans "Adieu Monsieur Haffman". 
 
"Adieu Monsieur Haffman", tragi-comédie qui raconte l'histoire d'un juif qui se cache dans une cave pour échapper aux nazis dans la France occupée, est également en tête avec six nominations. Jean-Philippe Daguerre, connu jusqu'à présent pour ses mises en scène de classiques, a écrit et mis en scène cette pièce où l'on peut entendre des enregistrements d'époque expliquant "Comment reconnaître un juif".
 
"Actuellement dans le théâtre, on a un petit peu peur de se mouiller dans un sujet (...), peur du politiquement correct. J'ai l'impression qu'on est un peu moins audacieux qu'à une certaine époque", a confié à l'AFP le metteur en scène de 50 ans.

"Les Fourberies de Scapin" par Denis Polalydès également en bonne position

Mise en scène par Denis Podalydès, "Les Fourberies de Scapin" (quatre nominations), avait fait sensation à la Comédie-Française. Encensé par la presse pour son interprétation de Scapin, Benjamin Lavernhe espère être sacré meilleur acteur du théâtre public après une récente nomination aux Césars. D'autres classiques moliéresques, "Le Tartuffe" de Michel Fau avec des costumes de Christian Lacroix et "Le malade imaginaire" de Daguerre, sont aussi dans la course.
 
Sur les huit metteurs en scène nommés cette année, trois sont des femmes. "La reine" Ariane Mnouchkine, 79 ans, pourrait obtenir son deuxième Molière pour "Une chambre en Inde" (non retenue l'année dernière). Catherine Hiegel, ex-doyenne de la Comédie-Française, est nommée pour "Le jeu de l'amour et du hasard" de Marivaux mais aussi comme meilleure comédienne du théâtre public.
 
La metteure en scène d'origine iranienne Aïda Asgharzadeh pourrait être la révélation féminine 2018 et obtenir le Molière de l'auteur francophone. En lice également Isabelle Nanty pour sa mise en scène de "L'Hôtel du libre-échange" (Feydeau). Caroline Guiela Nguyen espère voir primée son "Saigon", pièce événement du festival d'Avignon 2017.
 
Quant à Blanche Gardin, elle est la seule femme parmi les humoristes nommés et doit affronter le roi du stand-up Jamel Debbouze.