Michel Boujenah se libère au festival de Ramatuelle

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/08/2009 à 09H57
Michel Boujenah se libère au festival de Ramatuelle

Michel Boujenah se libère au festival de Ramatuelle

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_479165@Culture

" Ce qui compte, c’est l’émotion, c’est ce qui se passe entre le public et une oeuvre d’art ". Voilà ce qu'a déclaré un jour Michel Boujenah. On comprend alors que sa programmation artistique pour le festival de Ramatuelle 2009 ait connu un tel succès. L'artiste prône l'éclectisme, et ne craint pas les spectacles populaires, tout comme son prédécesseur et créateur de l'évènement Jean-Claude Brialy. Cette année, il a invité Michel Galabru, Michel Bouquet, Claude Brasseur, Abd al Malik, Patricia Kaas... Pour la clôture de l'édition 2009, la 25ème, il s'est aussi livré au public avec son nouveau one man show, "Enfin libre".

Michel Boujenah, c'est d'abord un souvenir d'enfance. Une franche rigolade en famille devant ce bonhomme un peu rond, chapeau vissé sur la tête et bretelles pour tenir le pantalon. Le Juif tunisien riait de ses pairs. Il a fait mouche et conquis le coeur du public. Ce personnage, c'est sa vie. Déraciné à onze ans, immigré en banlieue parisienne avec sa famille, il s'est passionné très vite pour le théâtre qui l'a recalé à cause de son accent. Cet hypersensible aurait pu en pleurer, il a choisi d'en rire. Dans sa tête, il n'a pas lâché ses rêves. Il a grapillé de l'espace entre lui et le cinéma, a fini par recevoir un césar du meilleur second rôle pour "Trois hommes et un couffin". Un peu plus tard, il l'a eu, son rôle à contre emploi. C'était dans "Le nombril du monde" d'Ariel Zeitoun. Un césar a couronné une fois encore sa performance. Aujourd'hui, Michel Boujenah est "Enfin libre", son meilleur spectacle, ne cesse-t-il de répéter. Libre de travailler comme auteur ou metteur en scène de spectacle, d'écrire des films,de programmer un festival, et de se retirer, quand il le souhaite, dans sa maison de Saint-Paul-de-Vence. Là, pas de travail, et la mer n'est pas loin, comme lorsqu'il était enfant. Il pêche la dorade, jardine, et profite de ses deux jeunes enfants.