Romane et Richard Bohringer, émouvant face-à-face au Théâtre du Rond-Point

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/04/2013 à 16H37
Romane Bohringer a convaincu son père Richard de jouer ensemble sur scène

Romane Bohringer a convaincu son père Richard de jouer ensemble sur scène

© Kasia Wandycz

Romane et Richard Borhinger sont pour la première fois réunis sur une scène dans « J’avais un beau ballon rouge », une pièce mise en scène par Michel Didym, à l’affiche du Théâtre du Rond-Point à Paris jusqu’au 5 mai. Invité du Soir, le comédien évoque ce texte qui dépeint la relation entre une fille qui bascule vers la violence des Brigades rouges et son père qui tente de la protéger.

Reprtage : Dominique Poncet, Fabienne Blevis, Didier Reutenauer

https://videos.francetv.fr/video/NI_145221@Culture

 Le metteur en scène Michel Didyl a choisi un très beau texte, bien documenté d’Angela Dematté, pour réunir Romane et Richard Bohringer. L’auteure s’est appuyée sur des faits et des personnages réels.

« J’avais un beau ballon rouge » retrace en effet le parcours de Margherita Cagol, dite « Mara », une étudiante brillante mais révoltée par l'injsutice du monde, et qui va peu à peu se laisser entraîner dans la lutte armée contre le pouvoir. Elle sera la cofondatrice avec son mari, Renato Curcio, du groupe terroriste des Brigades rouges qui commis plusieurs assassinats dans les années 70 qu’on qualifia en Italie « d’années de plomb ». L’engagement de Mara sera fatal, puisqu’elle mourra à 30 ans, le 6 juin 1975, au cours d’un affrontement avec les forces de l’ordre.

« J’avais un beau ballon rouge » jusqu’au 5 mai au Théâtre du Rond-Point, à Paris (8e). Tél. : 01 44 95 98 21.