Le marathon théâtral de François Morel, homme orchestre !

Par @sophiejouve1 Rédactrice en chef adjointe de Culturebox, responsable de la rubrique Théâtre-Danse
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 16/01/2013 à 18H54
Carte blanche à François Morel

Carte blanche à François Morel

© Franck Lopez

Carte blanche à François Morel ! Pendant 6 mois le Théâtre de la Pépinière décline le petit monde de l’ex-Deschiens. 6 Spectacles, 3 créations et 3 reprises dont le jubilatoire « Instants critiques » d’après les célèbres passes d’armes entre deux fous de cinéma, l'écrivain Jean-Louis Bory et le journaliste Georges Charensol, au temps de l’âge d’or du « Masque et la Plume », sur France Inter.

Avec son œil qui pétille et son sourire enfantin, Morel a tout de l’homme orchestre : comédien, auteur, chroniqueur, metteur en scène. C’est sous cette dernière casquette qu’il a créé « Instants critiques ».
 
Au contact de son copain Olivier Broche, ex-Deschiens, passionné de cinéma, il décide de se lancer dans ce projet, plutôt casse gueule. Et bien lui en a pris, le dit Olivier Broche est parfaitement crédible en Jean-Louis Bory. Voix trompettante, pantalon en tergal et col roulé acrylique, il est l'inénarable avocat d’un cinéma d’avant garde.

Face à lui, Olivier Saladin incarne un Charensol fidèle au modèle, plus simple dans ses goûts, adepte d’un grand cinéma traditionnel et familial. Deux visions qui reflètent la rupture générationnelle des années 60 et 70.
 
Olivier Saladin (Georges Sarensol) et Olivier Broche (Jean-Louis Bory)

Olivier Saladin (Georges Sarensol) et Olivier Broche (Jean-Louis Bory)

© Manuel Toussaint/starface
Opposés sur tout mais terriblement complices, à eux deux ils refont les films : Godard « Le cinéma fait homme », Oury, Truffaut, Bergman, Rohmer. Ou encore le regretté Nagisa Oshima et son « Empire des sens ». Toute une époque décortiquée avec verve et volupté, dans un nuage de fumée insensé.
 

https://videos.francetv.fr/video/NI_125143@Culture

 
Nul besoin d’avoir vu tous ces films pour savourer le numéro des deux compères, qui n'hésitent pas à esquisser chants et pas de danse, accompagnés d’une chanteuse-pianiste, pour rejouer les scènes les plus mythiques de leurs films chéris. Réjouissant.

 
La petite musique de François Morel

La petite musique de François Morel

© Georges Lambert
Pour voir François Morel sur scène, il faudra attendre le 5 février (il achève sa tournée du "Bourgeois Gentilhomme" fin janvier) et la création de "Hyacinthe et Rose". L’histoire d’un grand père coco et d’une grand-mère catho, vus par leur petit fils.

https://videos.francetv.fr/video/NI_143833@Culture

On le verra ensuite dans un solo « existentiel » à partir du 18 avril. « Il s’agira d’un spectacle traitant de la vie, de la mort, autant dire que je deviens ambitieux avec l’âge » plaisante François Morel.
 
Carte blanche à François Morel
Théâtre de la Pépinière, 7 rue Louis Le Grand , Paris IIe
Réservations : 01 42 61 44 16

 
Instants critiques (Reprise)
8 janvier au 2 mars
Adaptation : François Morel et Olivier Broche
Avec Olivier Broche, Olivier Saladin, Lucrèce Sassella
 
Hyacinthe et Rose (Création)
5 février au 2 mars
Texte et mise en scène de François Morel
Avec François Morel et Antoine Sahler au piano
  
Bien des choses (Reprise)
5 mars au 30 mars
Texte et mise en scène de François Morel
Avec François Morel et Olivier Saladin
Un échange de cartes postales entre les deux complices
 
La fin du monde est pour dimanche  (Création)
18 avril au 22 juin
Texte de François Morel, mise en scène de Benjamin Guillard
Avec François Morel
Un solo existentiel
 
Le soir, des lions… (Reprise)
25 juin au 29 juin
Mise en scène de Juliette. Testes et interprétation de François Morel accompagné d'Antoine Sahler
Quand François Morel chante

https://videos.francetv.fr/video/NI_99717@Culture

 22h22 (Création)
14 janvier au 8 avril
Un concert de Lucrèce Sassella et Antoine Sahler (Des compagnons de route de François Morel)