La magie de "Peau d’âne" ressuscite l’âme du théâtre Marigny

Par Carine Azzopardi @Culturebox
Mis à jour le 21/11/2018 à 18H24, publié le 12/11/2018 à 18H04

Depuis 2013, le Théâtre Marigny était fermé pour travaux. Il ouvre mercredi 14 novembre, entièrement rénové, avec une adaptation de "Peau d’âne", le film de Jacques Demy qui devrait en conserver la magie, selon le directeur du théâtre Jean-Luc Choplin. Avec en guest star, la voix off de Claire Chazal, et en star tout court, la musique de Michel Legrand.

De "Au théâtre ce soir" à "Peau d'âne"

"Les décors sont de Roger Harth et les costumes de Donald Carwell" : cette phrase, qui avait fini par être scandée par le public dans les années 1980, résonne encore à l’oreille des adeptes du théâtre Marigny dont les pièces, rediffusées pour la première fois à la télévision à partir de 1966, avaient su trouver leur public. Cet établissement très parisien, idéalement situé à proximité des Champs-Elysées, avait fait pénétrer avec "Au théâtre ce soir", le théâtre dans les foyers français, à une heure de grande écoute, et avait fait de ses comédiens des gloires du petit écran. On se souvient entre autres de Jacques Martin et de Michel Roux.  
Le Théâtre Marigny © Julien Benhamou
Cet après-midi-là, le théâtre bruisse de mille bruits : entre la musique de Michel Legrand, qui filtre de l’intérieur de la salle, et les coups de marteaux des menuisiers qui s’affairent, le directeur Jean-Luc Choplin veille au grain. Au centre du hall d’accueil, sous une coupole noire, deux ouvriers dévoilent des calques avec les noms des compositeurs et des dramaturges qui auparavant se trouvaient sur les côtés extérieurs du dodécaèdre qui constitue l’ossature du théâtre Marigny. Les gestes sont minutieux : ils n’ont pas le droit à l’erreur.  Offenbach, Scribe, puis Halevy, apparaissent sous nos yeux.

De Charles Garnier à Jean-Michel Wilmotte

"Nous avons voulu revenir à ce qu’était le théâtre à l’origine, au début du 20e siècle, explique Jean-Luc Choplin, nous avons donc décidé avec l’architecte Jean-Michel Wilmotte, de leur donner une place d’honneur, visible par tous. A l’extérieur, le soir, ils n’étaient pas tellement visibles. Nous revenons ainsi à l’esprit de l’architecte d’origine, Charles Garnier (le même que l’Opéra–Garnier), qui a construit le théâtre Marigny en 1883." Puis Jean-Luc Choplin nous fait signe de le suivre, derrière les lourdes portes en bois sombre insonorisantes… Tout à coup, la musique de Michel Legrand explose à nos oreilles, avec les scintillements de la harpe qui accompagnent ceux de la scène. Le compositeur, quoique souffrant, est dans l’ombre des premiers rang, présent pour cette première répétition de "Peau d’âne" avec la totalité de l’orchestre.
Peau d'âne au Théâtre Marigny

Peau d'âne au Théâtre Marigny

© Julien Benhamou

Le grand Michel Legrand en répétition

Sur scène, Claire Chazal apparaît comme dans un songe, c’est la voix off du récit, et l’on reconnaît le début du film de Jacques Demy avec sa mise en scène féérique : "Les vicissitudes de la vie s’étendent aussi bien sur les sujets que sur les rois…" Emu, Jean-Luc Choplin se retourne : "On est dans les dernières répétitions, c’est la dernière ligne droite, les derniers ajustements, on arrive au bout de cette aventure, c’est très excitant. On a qu'une hâte, c’est d’avoir le public maintenant dans la salle."  La salle principale n’a pas bougé d’un iota, mais a été minutieusement restaurée jusqu’à la moindre fresque.
Claire Chazal conteuse

Claire Chazal conteuse

© Julien Benhamou
En revanche, le public pourra découvrir deux ajouts architecturaux de chaque côté du théâtre : deux nouvelles ailes ont été construites, en verrière, en respectant l’esprit 1900 avec des carreaux noirs et blancs sur le sol et des bars en dorure. "C’est extraordinaire d’être ici, on entend les fantômes des grands acteurs qui ont joué là, à l’époque des retransmissions télévisées d’Au théâtre ce soir. C’est pour cela qu’on a voulu garder cet esprit de Marigny : l’idée d’un théâtre qui soit à la fois très populaire, et très sophistiqué".  A l’extérieur, une armée de jardiniers s’affaire pour planter les derniers buissons. Tout doit être fin prêt pour mardi soir, pour la première de "Peau d’âne", après cinq ans de travaux qui auront redonné tout son éclat au théâtre Marigny.