Jérôme Savary, l'ogre du théâtre, est mort

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/03/2013 à 10H27
Jérôme Savary (2007)

Jérôme Savary (2007)

© Miguel Medina / AFP

Le metteur en scène et comédien Jérôme Savary est mort lundi soir des suites d'un cancer à l'âge de 70 ans. A la fois un boulimique et un gourmet du théâtre populaire, il avait fondé en 1966 la compagnie du Magic Circus avant de diriger le théâtre national de Chaillot (1988-2000) puis l'Opéra Comique (2000-2005), enchaînant spectacle sur spectacle.

Jérôme Savary s'est éteint à l'hôpital franco-britannique de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), a annoncé sa famille.

Reportgae : Isabelle Sabourault, M.Marini

https://videos.francetv.fr/video/NI_144341@Culture

Une jeunesse cosmopolite
Né en 1942 à Buenos Aires d’un père français et d’une mère américaine, Jérôme Savary passe son enfance en France. Il étudie la musique à Paris et fait un bref passage aux Arts décoratifs avant de rejoindre New York où il fréquente le milieu du jazz et rencontre de grands artistes comme Jack Kerouac, Allen Ginsberg, Lenny Bruce, Count Basie ou Thelonious Monk.
Savary met en scène Arielle Dombasle dans "La Belle et la toute Petite bête"
Après un nouveau passage en Argentine où il fait son service militaire et travaille comme illustrateur, il revient en France et fait ses débuts au théâtre. Il fonde sa propre troupe dès 1965. La Compagnie Jérôme Savary devient le Grand Magic Circus, puis en 1968 Le Grand Magic Circus et Ses Animaux tristes. Avec sa compagnie, il monte "Zartan" ou "Superdupont".
 
Un théâtre populaire et festif
Jérôme Savary produit spectacle sur spectacle. En 2007, il déclarait au "Parisien" : "J'ai des contrats jusqu'à quinze ans après ma mort.". Il souhaite ouvrir le théâtre à tous les publics, en faisant un art populaire et festif, mêlant musique, danse, cirque et music-hall. Grand amateur de musique et passionné de Shakespeare, il ose dépoussiérer les classiques.
 
Il dirige le Nouveau théâtre populaire de Montpellier (1982-1985), puis le Centre dramatique de Lyon (1986-1988). Quand il est installé à la tête du Théâtre national de Chaillot (1988-1990), sa nomination provoque un tollé. "J'ai eu l'impression d'être le premier officier noir de l'armée américaine", confiait-il de sa voix de basse, entretenue par les cigares cubains.

Quand il est nommé à l’Opéra comique à Paris, qu'il dirigera de 2000 à 2005, nouvelle tempête. Car s'il est admiré à l'étranger, l'intelligentsia française regarde avec condescendance cet iconoclaste, qui se déguise en clown blanc et joue des airs de trompette sur scène.
Jérôme Savary met en scène Clotilde Courau dans "Irma la Douce"
Jérôme Savary était un habitué du théâtre Mogador où il avait monté "Bye Bye Show  Biz" en 1985 avec le Grand Magic Circus, "Cyrano de Bergerac" en 1983, "La  femme du boulanger" en 1985 et les comédies musicales "L'histoire du cochon qui voulait maigrir pour épouser Cochonette" en 1984, "Les aventures du cochon en Amazonie" en 1985, "Cabaret" en 1987 et "La légende de Jimmy" en 1990.
 
Un boulimique de théâtre
A Chaillot, il a  monté "D'Artagnan" (1988), "Le Bourgeois gentilhomme" (1989), "Le Songe d'une nuit d'été" (1990), "Fregoli" (1991), "Les Rustres" (1992), "La Nuit des rois" (1992), "La Mégère apprivoisée" (1993), "Arturo Ui" (1994), "Pierre Dac, mon maître soixante-trois" (1994) et les comédies musicales "Zazou" (1990) et  "Marilyn Montreuil" (1991).
Portrait de Savary (INA)
 
Jérôme Savary a aussi mis en scène des opéras à travers l’Europe : à la Scala de Milan ("Anacréon  ou l'amour fugitif", 1983), au festival de Bregenz, en Autriche ("La Flûte enchantée" en 1985, "Les contes d'Hoffmann" en 1988, "Carmen" en 1991), à Varsovie ("Le Barbier de Séville" en 1992) et au Grand Théâtre de Genève ("Le Périchole" en 1982, "La Veuve joyeuse" en 1983, "Le Voyage dans la lune" en 1985, "La Vie parisienne" en 1990).

Au cinéma, Savary a réalisé dans les années 1970 "La fille du garde-barrière"  et "Le boucher, la star et l'orpheline". Il avait aussi signé la cérémonie d'ouverture des Jeux Méditerranéens au Cap d'Agde en 1993, et mis en scène les défilés et le spectacle sur la Libération de Paris en 2004.
Portrait de Jérôme Savary (deuxième partie)
Le célèbre comédien et metteur en scène était revenu au printemps 2012 au théâtre rive Gauche à Paris avec son spectacle musical, "La fille à marins" avec sa fille Nina.

> Samedi soir (à 0h15), France 3 rendra hommage à Jérôme Savary en rediffusant l'émission "Appassionata" du 15 décembre, intitulée "Promenade Musicale dans le Paris d'Offenbach", dans laquelle le metteur en scène intervenait.