"Idiot": Dostoievski pour ouvrir la saison au théâtre d'Angoulême

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/10/2013 à 15H01
Vallentine Alaqui dans les bras de Romain Cottard 

Vallentine Alaqui dans les bras de Romain Cottard 

© France3/culturebox

Le Théâtre d'Angoulême a choisi d'ouvrir sa saison, le 2 octobre, avec un immense classique, "L'idiot" de Dostoïevski. L'adaptation de ce monument de la littérature, miroir des travers de la société russe a demandé 6 ans de travail à la metteur en scène Laurence Andréini.

Adapter L'idiot au théâtre est un véritable défi. L'oeuvre fait mille pages. 
Laurence Andréini s'est appuyée sur une nouvelle traduction de Sergueï Vladimirov pour proposer un "Idiot" qui conserve les dialogues de Dostoïevski et en propose une mise en forme plus contemporaine.

Reportage: Elodie Gérard, Stéphane Harmon, Florent Cavan, Josiane Etienne

https://videos.francetv.fr/video/NI_138809@Culture

Dans "L'idiot",  Dostoïevski dépeint une classe privilégiée qu'il connaît bien puisqu'il en est issu.
Cela ne l'a d'ailleurs pas empêché dans le passé, de se rapprocher des progressistes russes; ce qui lui vaudra une condamnation à mort commuée en exil Sibérien, prélude à une longue errance européenne.

"L'idiot"  paraît en 1868, deux ans après "Crime et Châtiment" et avant les autres monuments que sont "L’Éternel Mari", "Les Démons" et "Les Frères Karamazov". 
 

Gérard Philippe dans "L'idiot" de Georges Lampin (1946)


"Idiot" au théâtre d'Angoulême. 
Mercredi 2 octobre à  20 heures