Harcèlement et sexisme : du théâtre à l'Assemblée nationale pour sensibiliser le personnel

Par @Culturebox
Mis à jour le 01/12/2017 à 16H35, publié le 01/12/2017 à 12H36
L'Assemblée nationale.

L'Assemblée nationale.

© Joël SAGET / AFP

Du théâtre à l'Assemblée nationale, pour la bonne cause. Avec l'objectif de sensibiliser au sexisme et au harcèlement sexuel, la Palais Bourbon propose deux "représentations théâtrales", vendredi 1er et jeudi 7 décembre, pour son personnel ainsi que les collaborateurs parlementaires.

Ces saynètes, jouées par des comédiens, seront accompagnées "d'apports théoriques" et suivies "d'échanges et de réflexion avec les participants", a-t-on précisé de source parlementaire.

Prévention, accompagnement et explications

Seront notamment abordés l'identification des comportements sexistes ou discriminatoires, le contexte légal et les risques encourus, les stéréotypes de genre, la prévention et la réaction face à des comportements sexistes. "Dans un lieu de travail comme l'Assemblée nationale où il y a plus de 1.000 fonctionnaires, où il y a plus de 2.000 assistants parlementaires, qui travaillent avec 577 députés, il peut évidemment, malheureusement, y avoir des dérapages", avait déclaré fin octobre le président de la chambre basse, François de Rugy, dans la foulée de l'affaire Weinstein.

Pour des situations de harcèlement ou tout "comportement inapproprié", il existe pour les collaborateurs parlementaires depuis 2013 un référent parmi le personnel de l'Assemblée. Le dispositif, en lien avec la déontologue de l'Assemblée, a été étendu en 2016 aux fonctionnaires et aux députés. Le référent a "déjà eu à accompagner un certain nombre de collaboratrices ou de collaborateurs de députés" dans leurs démarches, avait indiqué François de Rugy, sans plus de précisions. 

"Ah, si j'étais un homme !"

Les deux représentations, non ouvertes à la presse, seront assurées par un prestataire extérieur, "Théâtre à la Carte", auquel l'Assemblée a déjà fait appel pour d'autres campagnes de sensibilisation, comme les risques psycho-sociaux ou la consommation d'alcool.

Dans le détail, sera d'abord jouée une courte pièce intitulée "Ah, si j'étais un homme !", puis seront diffusées trois courtes vidéos illustrant différentes situations. Ensuite, au travers de trois scènes très courtes, le public devra déterminer si elles correspondent ou non à du harcèlement sexuel. Enfin, une partie sera consacrée à de l'improvisation face à une situation de harcèlement.