Trump, héros d'une comédie musicale à Londres

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 22/02/2018 à 13H57, publié le 22/02/2018 à 13H55
"Trump : the musical", comédie musicale à Londres, février 2018

"Trump : the musical", comédie musicale à Londres, février 2018

© ADRIAN DENNIS / AFP

Sa visite à Londres a été annoncée, repoussée sur fond de tensions diplomatiques, et c'est sur les planches que Donald Trump fait une entrée fracassante dans la capitale britannique, en tant que héros d'une comédie musicale irrévérencieuse. Le spectacle est à l'affiche jusqu'au 25 février, puis tournera ensuite en Angleterre.

C'est un Donald Trump rajeuni et aminci mais doté de sa célèbre chevelure blonde, qui jaillit dans "Trump : the musical", satire jouée au Waterloo East Theatre, une salle d'une centaine de places située à Londres.

La bouche en cul-de-poule et l'obsession des "Fake news" (fausses informations) rappellent le président américain. Le reste est le fruit de l'imagination délirante d'une jeune troupe basée à Sheffield, Blowfish Theatre. Dans un Royaume-Uni post-Brexit, Nigel Farage, ancien dirigeant du parti europhobe Ukip, a accédé au trône, après avoir privatisé la monarchie et jeté la Reine derrière les barreaux. Le coûteux système de santé britannique, le NHS, a fermé mais le Royaume-Uni manque d'argent et pour renflouer les caisses, Farage veut vendre l'Ecosse au président américain.
"Trump : the musical", comédie musicale à Londres

"Trump : the musical", comédie musicale à Londres

© ADRIAN DENNIS / AFP
Trump (David Burchhardt), lui, twitte depuis ses toilettes : "Nier, diffamer, distraire, enflammer, contester les fake news. Avec mon portable, je joue à mon jeu préféré : je lance des balles et les médias vont les chercher", chantonne-t-il. Pendant ce temps, en Russie, Vladimir Poutine (interprété par l'actrice Natasha Lanceley, en treillis et chapka) noie son chagrin dans la vodka : Trump s'est désintéressé de lui. "Oh Donald, nous étions si proches, je pensais que tu m'aimais vraiment", sanglote le président russe. "Dans mes rêves, je vois toujours ta bouche douce, ronde et plissée".

Une sorte de catharsis

En 2017, la troupe de théâtre s'en était prise au ministre des Affaires étrangères britannique, le pro-Brexit Boris Johnson, qui partage avec Trump une flamboyante chevelure et des déclarations controversées. "On s'est dit, bon, on a fait une comédie musicale sur un démagogue blond, ce serait juste d'en faire une seconde", sourit Laurence Peacock, co-directeur artistique. La campagne puis l'élection de Trump a été une source d'inspiration mais le Brexit continue d'être au coeur de cette nouvelle comédie musicale. "Le Brexit, les Britanniques en ont vraiment marre mais au moins, on peut en rire, c'est une sorte de catharsis", avance Kyle Williams, co-directeur artistique.

Après avoir interprété Boris Johnson en 2017, David Burchhardt se glisse dans la peau du président américain. Pour cela, le comédien de 24 ans a regardé "des quantités de vidéos de lui... ce qui était assez pénible", plaisante-t-il. "On voit Trump partout, donc tout le monde a une idée de la façon de l'imiter mais il faut aller plus loin que ça", explique l'acteur, qui a tenté de se plonger dans sa "manière de penser". "C'était aussi compliqué qu'une analyse des textes de Shakespeare".
Affiche de la comédie Trump the Musical!

Affiche de la comédie Trump the Musical!

© Waterloo East Theatre
Le spectacle s'inspire du "bouffon", un genre de théâtre visant à se moquer des personnages haut placés de la société, raconte Polly Bycroft-Brown, qui joue "Rod", un énième conseiller presse du président américain. Un humour grotesque qu'on retrouve dans le personnage du dirigeant coréen Kim Jong Un dont l'hystérie fait autant rire que grincer les dents des spectateurs. "Le monde prend une drôle de tournure et on pense que nous devrions en rire", dit Laurence Peacock. Avec cette comédie musicale, il ne s'agit pas tant de "contrer Trump" que de permettre au public de "passer un bon moment".