"Superstar" : tous fous de Kad Merad

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/08/2012 à 16H47
Kad Merad dans "Superstar" de Xavier Giannoli

Kad Merad dans "Superstar" de Xavier Giannoli

© Wild Bunch Distribution

De Xavier Giannoli (France), avec : Kad Merad, Cécile de France, Louis-Do de Lencquesaing - 1h52 - Sortie : 29 août

Synopsis : un anonyme devient soudain célèbre, sans savoir pourquoi, et se débat pour sortir d'une situation qu'il ne supporte pas, jusqu'à ce que le public le rejette.
 

De Xavier Giannoli (France), avec : Kad Merad, Cécile de France, Louis-Do de Lencquesaing -  1h52 - Sortie : 29 août   Lire la critique

Une saison en enfer
Alors que la jeune génération coure après le vedettariat et rêve de passer à la télévision, c’est ce qui arrive à un quidam qui, du jour au lendemain, se retrouve à la Une de tous les médias sans raison apparente, sans qu’il comprenne pourquoi. Il va vivre cette expérience comme un enfer. C’est le sujet du dernier film de Xavier Giannoli (« Quand j’étais chanteur », « A l’Origine »), avec Kad Merad et Cécile de France, remarquables.

Cécile de France et Kad Merad dans "Superstar" de Xavier Gianoli

Cécile de France et Kad Merad dans "Superstar" de Xavier Gianoli

© Wild Bunch Distribution
Sujet oh combien contemporain, « Superstar » n’est ni une franche comédie, ni un drame. Une comédie dramatique alors ? Sans doute, avec à la clé une réflexion pertinente sur nos sociétés avides de se reconnaître dans les personnalités mises en avant par les médias. Preuve en est faite, vu le succès de la « téléréalité », avec ses personnages sortis de nulle part, parfois montés au pinacle, pour mieux les mépriser ou ignorer au bout d’un temps, jetés comme des kleenex.

"Superstar" au 19/20 de France 3

https://videos.francetv.fr/video/NI_132047@Culture

  

Plagié par Woody Allen ?
« Superstar » démonte parfaitement ce système pernicieux. La soudaineté de la starification de cet homme banal qui ne demande qu’une chose, c’est « qu’on lui foute la paix » relève quasiment du fantastique. C’est aussi une vision de la télévision, vue de l’intérieur, qui alimente le film, avec une Cécile de France productrice, dépassée par le « monstre » qu’elle a engendré.

Ce sujet riche et maîtrisé par Giannoli, auteur du scénario (librement adapté du roman « L’Idole » de Serge Joncour) et réalisateur, s’est vu couper l’herbe sous le pied, Woody Allen ayant inséré dans son récent « To Rome with Love », un personnage (joué par Roberto Benigni) vivant exactement la même expérience. Il n’est pas question de plagiat, c’est l’agent de Giannoli qui se trouve être celui du réalisateur new-yorkais qui lui a glissé dans l’oreille le sujet sans se référer au film du réalisateur corse, dans la boîte depuis six mois.

"Superstar" au Journal de 20h00 de France 2 :

https://videos.francetv.fr/video/NI_132043@Culture

 

Des héros du quotidien
Au-delà de cette anecdote, plutôt savoureuse et pour laquelle Giannoli ne tient aucunement rigueur au réalisateur de « Manhattan »,  « Superstar » reflète la sensibilité d’un metteur en scène qui s’est attaché de film en film à faire de ses personnages très ancrés dans le réel et sans aura apparente (un chanteur de bal, un petit escroc pris dans un engrenage…) des héros de la société française contemporaine, touchants et passionnants.

L'avant-première de "Superstar" en Corse par France 3 Corse :

https://videos.francetv.fr/video/NI_131861@Culture