Sur les planches, "Le gros diamant du prince Ludwig", entre Monty Python et les Marx Brothers

Mis à jour le 20/08/2018 à 19H11, publié le 20/08/2018 à 18H45
Le Gros Diamant du Roi Ludwig

Le Gros Diamant du Roi Ludwig

© France 3 Culturebox Capture d'écran

Il y a un an que la pièce tient l'affiche et qu'elle fait salle comble : "Le gros diamant du prince Ludwig" a remporté le Molière de la meilleure comédie. La pièce est mise en scène par Gwen Aduh qui revendique les plus grands héritages burlesques, des Marx Brothers à Monty Python en passant par Peter Sellers ou Benny Hill. Une histoire de casse imaginé par de sombres crétins.

Après un an de succès ininterrompu au théâtre du Gymnase, "Le gros diamand du prince Ludwig" est repris au théâtre du Palace. Fort du Molière de la meilleure comédie, son metteur en scène Gwen Aduh peut se permettre d'évoquer les plus grands pour parler de son travail : Monty Python, indépassable dans l'art du "nonsense" britannique, les Marx Brothers, rois de l'absurde ou Benny Hill, chantre du comique gras et bon enfant !

Cette histoire de casse du siècle se veut délirante et sans tabou. La pièce est adaptée de l'oeuvre de trois auteurs anglais, ce qui est déjà bon signe. "The Comedy About A Bank Robbery", son titre original, est signée Henry Lewis, Jonathan Sayer et Henry Shields. Gwen Aduh a voulu donner sur scène l'équivalent d'un film d'action. 
Onze comédiens et trois musiciens occupent la scène, et pas seulement : ils sont partout dans la salle puisque pour cette bande loufoque il n'y a pas de limites. Paraphrasant la pub pour un célèbre récurant, ils nettoient tout, du sol au plafond, en passant par l'orchestre. 

L'affiche de "Le Gros Diamant du Prince Ludwig"

L'affiche de "Le Gros Diamant du Prince Ludwig"

© DR