"Chapitre XIII" : le retour du Grand-Guignol au théâtre pour Halloween

Mis à jour le 29/10/2018 à 12H47, publié le 29/10/2018 à 12H35
Thomas Ronzeau dans "Chapitre XIII" de Sébastien Azzopardi et Sacha Daninoau Théâtre Tristan Bernard (Octobre 2018)

Thomas Ronzeau dans "Chapitre XIII" de Sébastien Azzopardi et Sacha Daninoau Théâtre Tristan Bernard (Octobre 2018)

© Fabienne Rappeneau

Le Grand-Guignol est un genre théâtral qui sévit à Paris de 1897 à 1963. Son nom vient du théâtre qui donnait des pièces à la fois horrifiques, sanguinolentes et comiques, rue Chaptal. Décrié mais populaire, vue sa longévité, Sébastien Azzopardi et Sacha Danino le ressuscitent dans "Chapitre XIII", au Théâtre Tristan Bernard à Paris. Parfait pour Halloween.

La note Culturebox

3
3/5

Inquisition

La dramaturgie grand-guignolesque n’a guère d’importance, elle peut s’appuyer sur un savant fou à la Frankenstein, sur un crime passionnel, sur des fantômes vengeurs… Ce qui compte, c’est une intrigue à suspense et surtout que ça saigne ! Sébastien Azzopardi et Sacha Danino, à l’écriture et la mise en scène, respectent les arcanes du genre dans sa plus pure tradition.

"Chapitre XIII" : la bande annonce

Un écrivain venu trouver l’inspiration dans un monastère médiéval se trouve confronté à d’étranges réminiscences de l’Inquisition où un des moines fut accusé de pacte avec le Diable, torturé et exécuté. Le présent du romancier en herbe se mélange à ce passé lointain, quand il rencontre une jeune restauratrice de tableaux, dans laquelle va se révéler le secret d’un trésor caché, fruit de toutes les convoitises, source de crimes à répétition et de visions terribles…

Gothique

Si l’intrigue peut sembler bien mélodramatique et horrifique, la mise en scène tire la couverture vers les effets, dont les excès voulus virent au comique. De fait, le Grand-Guignol est là, c’est toute sa tradition. Les acteurs n’ont pas besoin d’en faire trop, même s’ils jouent dans le registre, mais ce n’est pas d’eux que le public en attend. A ce titre, les morceaux de bravoure sont au rendez-vous et rien ne nous est épargné des étripailles, empalements et autres décapitations, aux effets spéciaux soignés…

"Chapitre XIII" de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino

"Chapitre XIII" de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino

On appréciera particulièrement le très beau décor gothique de Juliette Azzopardi et les costumes de moines maudits de Pauline Yaqua Zurini qui nous replongent dans la tradition des romans terrifiants d’Anne Radcliffe du XVIIIe siècle. Le premier acte, où se confondent le présent contemporain du romancier avec le passé médiéval rappelle aussi le grand écrivain Lovecraft. Dommage que cette double veine inspiratrice succombe à des travers plus attendus et des rebondissements jusqu’à l’usure. Mais l’esprit du Grand-Guignol est là, avec l’assurance d’un rire horrifique libérateur de bon aloi.