Steeve Mac Queen, Marylin Monroe ou John Lennon font de la publicité

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 26/11/2010 à 10H46
Steeve Mac Queen, Marylin Monroe ou John Lennon font de la publicité

Steeve Mac Queen, Marylin Monroe ou John Lennon font de la publicité

© Culturebox

Mais quel est donc cet engouement des publicitaires pour les stars disparues ? Elles offrent deux avantages : elles coûtent moins chers et ne risquent pas de ternir leur image par leurs frasques. Des stars qui intègrent donc à titre posthume le celebrity marketing.  

https://videos.francetv.fr/video/NI_122301@Culture

La célébrité fait vendre par un mécanisme simple l'identification. C'est ce que l'on appelle le celebrity marketing. De quoi arrondir très sérieusement les fins de mois de nos vedettes richissimes. George Clooney indissociablement associé au triomphe mondial de Nespresso et qui enchaîne les films de la marque pour un montant " astronomique ", Nicole Kidman, 3 millions d'euros pour devenir l'égérie de Chanel N°5, David Beckham se rase la tête avec le rasoir Power de Gillette moyennant pour 50 millions d'euros quand Tiger Woods encaisse 63 millions de dollars pour jouer avec des clubs Nike, Zidane omni-présent sur tous les fronts publicitaires, malgré son retrait sportif. Stars à la retraite, en pleine gloire ou décédées ont donc toute une image à vendre que les publicitaires rêvent de capter. Un filon, on l'aura compris, rentable pour les vedettes et pour les annonceurs. Le recours à des célébrités est LA technique publicitaire en plus forte croissance ici et dans le monde. On estime que 20% des campagnes pub en France, aux USA ou en Angleterre ont recours à des stars, mais au Japon c'est déjà près de 70%.


- > A voir aussi sur Culturebox
->>
Coke-en-stock-quand-une-marque-inspire-les-artistes-à-la-menuiserie
->> David-Lachapelle-s'expose-à-Paris
->> Archeo-pub-histoires-de-réclames-au-musée-des-tumulus