Pour leurs 50 ans, les Shadoks pompent au musée Tomi Ungerer de Strasbourg

Publié le 17/04/2018 à 15H47
La célèbre série télévisée "Les Shadocks" créée par Jacques Rouxel fête cette année ses 50 ans.

La célèbre série télévisée "Les Shadocks" créée par Jacques Rouxel fête cette année ses 50 ans.

© Culturebox - capture d'écran

En 1968, apparaissaient à la télévision les drôles d’oiseaux de Jacques Rouxel. Un ovni cathodique qui fit polémique mais qui révolutionna par son style le dessin animé. Une épopée à revivre jusqu’au 8 juillet au musée Tomi Ungerer à Strasbourg. Et ce n’est pas un hasard.

En effet, le célèbre illustrateur alsacien, fut une des sources d’inspiration du créateur des Shadoks Jacques Rouxel (1931-2004). Le trait y est minimaliste, à l’économie, comme le souhaitait Rouxel qui voulait faire un dessin animé graphique, mais aussi économique. De l’anti-Walt Disney et ses productions très coûteuses comme il aimait à le dire.

Et puis comme le souligne Thérèse Willer la conservatrice du musée, on retrouve dans les Shadoks et chez Jacques Rouxel cette impertinence et cet esprit subversif qui caractérise aussi l’œuvre de Tomi Ungerer.  

Reportage : K. Gélébart / O. Stephan / J. Baudart

https://videos.francetv.fr/video/NI_1221325@Culture

Révolution animée

Le style, l’univers décalé et l’humour absurde des Shadoks ont dérouté les téléspectateurs de l’ORTF. Nous sommes le 29 avril 1968 et la révolution se joue aussi sur le petit écran. Les Français se partagent entre les pour et les contre, la Première chaîne croule sous le courrier des téléspectateurs, dont beaucoup ne sont visiblement pas prêts à entrer dans l’univers loufoque des Shadoks.

Et pourtant, ils assistent à une "révolution animée". Ces oiseaux méchants et idiots, obsédés par la construction de machines qui ne fonctionnent pas, le style de la série, aux antipodes de l’univers aseptisé des productions Disney, témoignent d’un changement radical du dessin animé.

Symboles de la contre-culture et d’une fantaisie débridée, 50 ans après leur création, les Shadoks sont devenus cultes et les expositions qui leur sont consacrées rencontrent à chaque fois le même succès. Celle du musée Tomi Ungerer, organisée dans le cadre des "Rencontres de l'illustration", propose 250 dessins, story-boards, celluloïds et extraits vidéos pour aborder le processus de création de l’auteur, et se replonger dans folie douce des Shadoks bercé par la voix inimitable et tellement familière de Claude Piéplu. 
Expo Les Shadoks ont 50 ans © DR