France 2 "ajourne" un projet de téléfilm sur l'attentat au Bataclan

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/12/2017 à 19H21, publié le 28/12/2017 à 18H16
Le Bataclan, 2016

Le Bataclan, 2016

© URMAN LIONEL/SIPA

France 2 a annoncé avoir "ajourné" un projet de téléfilm sur l'attentat au Bataclan le 13 novembre 2015, qui doit s'intituler "Ce soir-là", tant que son producteur n'aura pas "consulté l'ensemble des associations des victimes". Une pétition appelant à son abandon a déjà recueilli plus de 35.000 signatures.

"France 2 rappelle qu'aucune date de diffusion n'était prévue pour la fiction intitulée "Ce soir-là," non encore visionnée par la direction de la chaîne. France 2 a pris la décision d'ajourner ce projet tant que la production du téléfilm n'aura pas consulté largement l'ensemble des associations des victimes", a indiqué la chaîne dans un communiqué.

France 2 avait annoncé fin novembre le début du tournage de ce téléfilm de Marion Laine ("À coeur ouvert") qui raconte une histoire d'amour née le soir de l'attentat au Bataclan, avec Sandrine Bonnaire dans le rôle principal. Le tournage, effectué à Paris, s'est achevé fin décembre.

Mais la compagne d'un homme décédé dans l'attentat a lancé il y a un mois une pétition en ligne pour réclamer l'abandon du projet et celle-ci a déjà rassemblé plus de 35.000 signatures sur le site change.org. "Ce projet nous blesse, nous heurte, nous choque... Nous sommes scandalisés qu'un tel projet audiovisuel puisse voir le jour si peu de temps après cet événement aussi violent", dénonce le texte de cette pétition.

Celle-ci demande "à la direction de France 2 et à Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, de renoncer à ce projet trop douloureux, par respect pour nos douleurs, pour notre deuil, pour les personnes disparues et blessées".

"Même si on n'a jamais réclamé la censure, on est content que la pudeur et la retenue l'emportent", a déclaré à l'AFP le président de l'association de victimes Life For Paris, Arthur Dénouveaux, rappelant que "le rôle de l'association n'est pas d'être censeur". "On attendait un rendez-vous avec la productrice et la réalisatrice du téléfilm, qui n'a pas pu avoir lieu en raison de divergences d'agenda", a-t-il ajouté.