Tasca et Toubon soutiennent la politique de renouvellement de Filippetti

Par @Culturebox
Mis à jour le 24/07/2013 à 21H43, publié le 23/07/2013 à 13H51
 

 

© Anne-Christine Poujoulat/Afp

Deux anciens ministres de la Culture, Catherine Tasca (PS) et Jacques Toubon (UMP), défendent la politique de renouvellement de l'actuelle ministre Aurélie Filippetti à la tête des Centres dramatiques nationaux, tandis que le dramaturge Jean-Marie Besset réaffirme sa légitimité à Montpellier.

"La politique de nominations menée par la ministre de la Culture a provoqué de bien vives et de bien tristes passions", estiment Catherine Tasca et Jacques Toubon, dans une tribune publiée dans Le Monde de mercredi. Or, soulignent-ils, "les nominations obéissent à certaines règles. Un directeur ou une directrice ne peuvent être renouvelés plus de trois fois, exceptionnellement quatre (...) On n'est pas directeur ou directrice de Centre dramatique national ou de Scène nationale comme à une autre époque consul à vie".

"Les querelles d'ego et le spectacle des ambitions personnelles"
"Vouloir plus de transparence dans les nominations, vouloir ouvrir grand les portes de la création aux nouvelles générations, vouloir plus de femmes à la tête de nos institutions culturelles, comme le fait Aurélie Filippetti, c'est affirmer des choix de politique culturelle qui font sens", jugent-ils, regrettant "les querelles d'ego et le spectacle des ambitions personnelles".

Jean-Marie Besset : "moi, j'en suis, femme"
Dans une tribune séparée, publiée sur lemonde.fr, le directeur du Théâtre des 13 Vents à Montpellier, Jean-Marie Besset, critique à nouveau vivement sa non-reconduction, revenant sur les prises de position en faveur de la ministre des metteurs en scène Patrice Chéreau et Ariane Mnouchkine.

"Elle le dit, la Ministre, des gens comme ça, Mnouchkine, Chéreau, quand même, ça vous élève le niveau, c'est pas comme ces pignoufs de Besset ou (Philippe) Caubère" qui l'ont critiquée, ironise-t-il, estimant avoir pourtant "incarné à Montpellier ce renouvellement que la ministre appelle de ses voeux" en faisant "entendre une note différente, dissonante".

Revenant sur la volonté d'Aurélie Filippetti de promouvoir plus de femmes, il indique "ne pas savoir" ce qu'est une femme aujourd'hui. "Si bien que moi, j'en suis une, femme. A plein de moments de ma vie", écrit-il.

La ministre de la Culture a engagé une politique de renouvellement dans les Centres dramatiques nationaux, qui a provoqué une vive polémique et des remous dans plusieurs théâtres en France, notamment à Montpellier. 

C'est aussi le cas à Nice, où le maire UMP Christian Estrosi a pris la défense de Daniel Benoin, directeur du Théâtre national de Nice (TNN) depuis 12 ans, qui brigue un dernier mandat de trois ans en tandem avec l'actrice Zabou Breitman.