Mort du comédien et humoriste Mouss Diouf

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 07/07/2012 à 10H37
Mouss Diouf au Zenith de Paris en mars 2004.

Mouss Diouf au Zenith de Paris en mars 2004.

© Joel Robine / AFP

Révélé au grand public dans la série "Julie Lescaut", le comédien et humoriste Mouss Diouf est mort dans la nuit de vendredi à samedi à l'âge de 47 ans "des suites d'une longue maladie", a fait savoir sa veuve Sandrine Diouf.

Mouss Diouf, qui a interprété des années durant l'inspecteur N'Guma dans la série télévisée "Julie Lescaut", avait été victime de deux accidents vasculaires cérébraux (AVC) en 2009 qui l'avaient laissé dans un état critique.

C'est sur la scène du Théâtre du Gymnase, à Paris, le 23 février 2009, pendant un one man show, que Mouss Diouf avait subi son premier AVC.

Son ami humoriste Anthony Kavanagh, présent dans la salle ce soir là, s'était inquiété face aux trous de mémoire et aux problèmes d'élocution du comédien. Pressentant un AVC pour avoir déjà vu sa grand-mère en proie à un tel accident, Anthony Kavanagh s'était rendu dans les coulisses pour alerter le producteur, qui avait aussitôt interrompu le spectacle pour faire hospitaliser Mouss Diouf.

Souffrant de séquelles physiques importantes, et privé de l'usage de la parole notamment, il avait par la suite été admis dans un centre de réadaptation fonctionnelle.

Selon son producteur Michel Nouader, l'état de santé de l'artiste s'était nettement dégradé au cours des derniers jours et il avait sombré dans le coma.

Formé sur le ring par Ferrara
Né à Dakar en octobre 1964 sous le nom de Pierre Moustapha Diouf, l'acteur était arrivé à Paris à l'âge de 3 ans. Il avait grandi à Bobigny (Seine-Saint-Denis) où il avait obtenu un diplôme de serrurier. 

Son physique imposant l'incitera à pratiquer la boxe et il aura sur le ring pour partenaire d'entraînement le champion Stéphane Ferrara, précise la biographie de son site officiel. Après 17 combats amateurs, il raccroche les gants et se consacre, tout comme son ami boxeur, à la comédie.

Vocation précoce ou signe du destin, Mouss Diouf avait joué peu avant son départ du Sénégal le rôle d'un enfant dans le film "Le Mandat", du célèbre romancier et réalisateur sénégalais Sembène Ousmane.

C'est en accompagnant Stéphane Ferrara à une audition que Mouss Diouf rencontre Jérôme Savary qui lui offre immédiatement un rôle de berger dans La Femme du Boulanger. "Mais enfin Jérôme, il est noir et le berger ne peut pas être noir", plaide le producteur. Qu'à cela ne tienne, Jérôme Savary l'engagera peu après dans "Le bal des cocus" avec Anémone.

Mouss Diouf fera ensuite des apparitions à l'écran avec un petit rôle dans "Astérix" au cinéma et dans de nombreuses séries télé ("David Lansky" avec Johnny Hallyday, "Navarro", etc.)
Mais c'est surtout son rôle de Justin N'Guma dans "Julie Lescaut", diffusée de 1992 à 2006, qui aura marqué le grand public.

Réactions
La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a rendu hommage dans un communiqué samedi à "La générosité de ce comédien populaire et humaniste (qui) manquera au monde du spectacle et au public".

De nombreux amis lui ont rendu hommage samedi sur Twitter, comme Pascal Nègre, président d'Universal Music France se souvenant du "bruit de nos éclats de rire nocturnes dans les années 90".

"Je garderai en souvenir son rire, sa gentillesse, sa générosité, sa force", écrit l'animateur de télévision Nagui, tandis que Michel Denisot évoque un homme "généreux, drôle, passionné, fidèle".

"Ciao Mouss. C'était bien... Repose en paix", lui lance le chanteur Pascal Obispo.

L'association SOS Racisme, "profondément peinée par une disparition si précoce", a quant à elle salué la mémoire d'un "fidèle et historique soutien, qui a notamment fortement contribué aux premiers succès de +Rire Contre le Racisme+".