L’humoriste Donel Jack'sman, traité sur scène de "sale noir", prépare une plainte

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Publié le 29/12/2018 à 18H06
L'humoriste Donel Jack'sman sur scène (2016)

L'humoriste Donel Jack'sman sur scène (2016)

© SYSPEO/SIPA

L'humoriste Donel Jack'sman, traité de "sale noir" en plein spectacle à Nice, a déclaré qu'il préparait une plainte "pas pour l'argent mais pour le principe", afin de donner le "courage à toutes les victimes de discriminations" de faire de même.

L’artiste de 37 ans, d'origine camerounaise et qui a grandi à Villiers-le-Bel (Val d'Oise), a posté mercredi sur les réseaux sociaux un extrait de cette représentation, dimanche 23 décembre au Théâtre de la Cité à Nice. On entend une voix le traiter à trois reprises de "sale noir", après une réplique sur le fait qu'un spectateur assume son vote pour le Front national (ancien nom du Rassemblement national). 
L'humoriste Donel Jack'sman insulté sur scène

Réaction de Christophe Castaner

L’artiste a salué samedi 29 janvier "la grosse prise de conscience du peuple français" sur le racisme après avoir reçu en trois jours des centaines de messages de soutien.

L'homme injurieux n'a pas pu être identifié mais l'humoriste explique qu'une spectatrice lui a ensuite envoyé une vidéo et qu'il l'a postée à titre d'exemple sur les réseaux sociaux, précisant qu'il ne s'agit pas d'un coup monté avec un complice.

"Une pensée pour toutes les personnes qui subissent le racisme et la discrimination au quotidien, souvent seules et dans l'indifférence la plus totale ! Aimons-nous malgré nos différences", a-t-il lancé dans le message qui l'accompagne.

Celui-ci lui a valu des centaines de réponses et de témoignages, jusqu'au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner sur Twitter : "C'est inimaginable et pourtant des paroles de haine se libèrent... Refusons ce qui semble banal pour ces racistes ordinaires, car jamais cela n'est ordinaire".

"On ne se connaît pas, on ne se juge pas"

L'humoriste, qui joue lui-même dans certains sketchs avec les clichés sur les communautés, estime que l'on "peut rire de tout, mais pas mal". "Le combat contre le racisme doit être mené par tout le monde. Que le peuple français veuille le vivre-ensemble, c'est le plus important", a-t-il poursuivi. "Marine Le Pen, qui a un avis sur tout, devrait nous dire aussi ce qu'elle pense du racisme, puisque c'est peut-être quelqu'un de son parti" qui a lancé l'insulte, a-t-il poursuivi.

Donel Jack'sman doit encore donner son spectacle "On ne se connaît pas, on ne se juge pas" le 5 janvier à la Cigale à Paris, et l'épisode de Nice y aura "forcément une place", a-t-il confié à l'AFP. Il entamera ensuite l'écriture d'un un prochain spectacle prévu à l'automne 2019.