"60 minutes avec Kheiron" : l'humoriste garantit "un rire toutes les 7 secondes"

Par @Culturebox
Publié le 14/01/2018 à 14H00
Kheiron, invité du Soir 3

Kheiron, invité du Soir 3

© France 3 / Culturebox / capture d'écran

"60 minutes avec Kheiron", c’est le titre du spectacle de l’humoriste et la promesse d'une soirée sans temps mort. L'ancien acolyte de Kyan Khojandi dans "Bref" revient pour faire ce qu'il préfère, de l'improvisation. Chaque soirée est unique car ce sont les spectateurs qui choisissent les thèmes abordés. A voir sur la scène de l'Européen jusqu'au 30 avril 2018.

Le concept de "soirée unique" n'a jamais aussi bien porté son nom. Sur une scène à 180 degrés, Kheiron invite son public à participer activement au spectacle. Il puise dans certains de ses sketchs pour lancer la machine, puis laisse place à l'improvisation. Avec la promesse d'un rire toutes les 7 secondes ! 

https://videos.francetv.fr/video/NI_1162873@Culture

La tchatche, l'impro...ce sont un peu ses marques de fabrique. Et cela vient d'un défaut, ou plutôt d'un trait de caractère, qui est l'impossibilité pour Kheiron de se concentrer très longtemps ou de mémoriser ses textes. "J'oubliais souvent mes textes sur scène. A un moment donné, j'ai décidé d'assumer et de demander au public de quoi il voulait que l'on parle", explique-t-il. 

Les hommes doivent adapter leurs attitudes envers les femmes

Avec Kheiron, on peut parler de tout. Il ne s'interdit rien. "Je n'ai pas de tabous. Je pense que lorsqu'on a pas de tabous et que l'on est pas méchant, on peut tout dire". Et quand on aborde le sujet brûlant du moment, le féminisme et les différentes polémiques de ces dernières semaines, il donne aussi son avis. Notamment sur la tribune co-signée par Catherine Deneuve et 100 femmes qui défendent une "liberté d'importuner". Un texte maladroit selon lui. "Les femmes qui l'ont rédigée ne vivent pas la réalité de ce que vivent les femmes au quotidien. Même s'il y a pu avoir des dérapages avec #balancetonporc, je pense qu'au final c'est sain. Il faut que les femmes puissent avoir un espace pour s'exprimer. Mais c'est à nous, les hommes, de faire attention et d'adapter nos attitudes. Mais les femmes ne sont pas stupides. Elles n'ont pas besoin qu'on leur dise voici la différence entre galanterie, goujaterie et harcèlement."