Espagne : un humoriste jugé pour s'être mouché dans le drapeau national

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Publié le 26/11/2018 à 19H10
L'humoriste espagnol Dani Mateo, poursuivi pour offense à l'Espagne et à ses symboles, à son arrivée au tribunal Madrilène le 26 novembre 2018.

L'humoriste espagnol Dani Mateo, poursuivi pour offense à l'Espagne et à ses symboles, à son arrivée au tribunal Madrilène le 26 novembre 2018.

© Rodrigo Jimenez/EFE/SIPA

Un humoriste espagnol, Dani Mateo, s'est retrouvé devant la justice lundi pour s'être mouché dans le drapeau national durant un sketch à la télévision. La plainte d'un syndicat policier a été jugée recevable. A sa sortie de l'audience, le comique s'est dit "inquiet" du fait que "l'on amène un clown devant le juge".

"En tant que citoyen de ce pays, je suis inquiet car on amène un clown devant le juge pour avoir fait son métier. Et cela m'inquiète pour l'image que cela donne de mon pays et de mon drapeau", a dit Dani Mateo à la presse en sortant de l'audience.

Un syndicat policier dénonce "L'offense à l'Espagne"

Un tribunal madrilène a jugé recevable la plainte contre cet humoriste déposée par un syndicat policier, Alternativa Sindical de Policía. Ce syndicat y dénonçait "l'offense à l'Espagne (et) à ses symboles".

Dans le sketch diffusé dans un programme de grande écoute sur la chaîne La Sexta fin octobre, Dani Mateo éternuait et se mouchait ensuite dans le drapeau espagnol avant de se confondre ironiquement en excuses, assurant ne pas avoir voulu "offenser les Espagnols, le roi ou les Chinois qui vendent ces torchons".

"Le drapeau symbolise l'union d'un peuple. Respecte-le. Ne pas le faire n'est pas de l'humour, c'est offenser gratuitement ceux qui en sont fiers et ceux qui ont donné leur vie et leurs efforts pour les valeurs de paix et de liberté qu'il représente", avait dénoncé la garde civile sur Twitter après le sketch.

Raidissement en Espagne concernant la liberté d'expression

De nombreux internautes ou artistes espagnols ont été poursuivis dernièrement pour leurs déclarations ou les textes de leurs chansons, ce qui a généré un vif débat sur la liberté d'expression dans le pays. 

Le rappeur Valtonyc s'était même enfui en Belgique fin mai pour éviter une peine de trois ans et demi de prison pour "apologie du terrorisme" dans ses textes. L'Espagne réclame son extradition.