Dieudonné doit 65.000 euros pour différentes condamnations

Publié le 03/01/2014 à 12H28
Dieudonné à Bruxelles en juin 2012

Dieudonné à Bruxelles en juin 2012

© Bauweraert/Sipa

L'humoriste controversé Dieudonné, habitué des prétoires, doit plus de 65.000 euros d'amendes au Trésor public notamment après une série de condamnations pour propos antisémites.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a affirmé vendredi que "tous les services de l'Etat" doivent se mobiliser pour le contraindre à payer. Selon une source judiciaire, "il n'y a jamais eu de règlement spontané de sa part". "Il a été condamné, il faut que la loi passe. Les services de l'Etat, qui savent ce qu'il en est, iront jusqu'au bout", a affirmé le ministre sur Europe 1, estimant que l'humoriste tentait d'organiser son insolvabilité pour éviter d'avoir à payer.

Condamné à plusieurs reprises, notamment pour antisémitisme ou injure raciale, mais aussi quelques délits routiers, Dieudonné n'a pour l'instant acquitté le montant d'aucune amende, dont le total cumulé s'élève, selon des sources judiciaire, à 65.290 euros, dont plus de 37.000 en condamnations définitives.
Voici la liste de ses principales condamnations :
 
 - 21 juin 2000: Dieudonné est condamné à 2.000 francs d'amende (soit environ 376 euros en pouvoir d'achat actuel). Il avait traité Patrick Sébastien de "con" en 1999, lui reprochant d'avoir chanté "Casser du noir" en 1996 en imitant Jean-Marie Le Pen.
 
- 16 fév 2007: la Cour de cassation estime que Dieudonné s'est bien rendu coupable d'injure raciale en assimilant, dans une interview en 2003 au magazine Lyon Capitale, les juifs à "une secte" et à "une escroquerie". Elle casse un arrêt de la cour d'appel de Paris qui avait jugé le contraire.

 - 15 nov 2007: la cour d'appel de Paris le condamne à 5.000 euros d'amende pour des propos antisémites. Il comparait les "juifs" à des "négriers" dans un entretien au JDD en février 2004.
 
- 26 juin 2008: condamné à 7.000 euros d'amende par la cour d'appel de Paris pour des propos antisémites sur la mémoire de la Shoah, et notamment l'expression "pornographie mémorielle", tenus lors d'une conférence de presse à Alger en février 2005.

- 31 déc 2010: condamné à 5.000 euros d'amende plus 10.000 euros de dommages et intérêts au profit de la Licra qu'il avait qualifiée "d'officine israélienne" et "d'associations mafieuses qui organisent la censure" et "nient tous les concepts du racisme à part celui qui concerne les juifs".

- 17 mars 2011: la cour d'appel de Paris le condamne à 10.000 euros d'amende pour "injures" à caractère raciste pour des propos tenus sur la scène du Zénith lors de la remise du "prix de l'infréquentabilité" à l'historien révisionniste Robert Faurisson par une personne déguisée en déporté juif. Son pourvoi en cassation a été rejeté le 17 octobre 2012.

- 28 nov 2013: la cour d'appel de Paris le condamne à 28.000 euros d'amende pour diffamation, injure et provocation à la haine raciale pour des propos et une chanson dans deux vidéos diffusées sur internet. Il avait notamment transformé la chanson d'Annie Cordy "Chaud Cacao" en "Shoah nanas".

 La Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) est par ailleurs en charge depuis lundi d'une enquête ouverte par le parquet de Paris sur des propos tenus par Dieudonné à l'encontre du journaliste de France Inter Patrick Cohen.