Dieudonné : après Nantes et Tours, interdiction du spectacle à Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 11/01/2014 à 12H00, publié le 10/01/2014 à 13H26
Dieudonné à la sortie du Zénith à Nantes, après l'interdiction de son spectacle, le 9 janvier 2014

Dieudonné à la sortie du Zénith à Nantes, après l'interdiction de son spectacle, le 9 janvier 2014

© YOAN VALAT/EPA/MAXPPP

Le tribunal administratif d'Orléans a confirmé vendredi l'arrêté d'interdiction du spectacle de Dieudonné prévu le soir même à Tours. Le même tribunal a statué samedi matin sur le show suivant, prévu samedi soir à Orléans et interdit par arrêté préfectoral. De son côté, le préfet de police de Paris a interdit le spectacle programmé à La Main d'Or le 16 janvier.

La préfecture de police a signifié à Dieudonné par courrier "que le préfet souhaitait interdire son spectacle", a expliqué une source proche du dossier. Concrètement, l'arrêté d'interdiction n'a pas encore été signé. "Nous avons engagé la procédure contradictoire", a précisé la source, ajoutant que l'humoriste controversé bénéficie de quelques jours pour répondre au préfet de police.

Interdictions à Nantes, Tours, Orléans et Paris

Le Conseil d'Etat a validé jeudi in extremis l'interdiction du spectacle du polémiste à Nantes, le premier de sa nouvelle tournée en province, donnant raison au gouvernement. Dans la foulée, le tribunal administratif d'Orléans a confirmé vendredi l'annulation de la représentation prévue à Tours le soir même. 

"Les allégations selon lesquelles les propos pénalement répréhensibles et de nature à mettre en cause la cohésion nationale relevés lors des séances (du spectacle) tenues à Paris ne seraient pas repris à Tours ne suffisent pas pour écarter le risque sérieux que soient de nouveau portées de graves atteintes au respect des valeurs et principes - notamment de dignité de la personne humaine, qui est une des composantes de l'ordre public", a estimé le tribunal administratif.

Cette décision du tribunal a été validée en début de soirée par le Conseil d'Etat, qui avait été saisi en référé par Dieudonné.

Le sénateur-maire de la ville de Tours, Jean Germain (PS) s'est félicité devant la presse de la confirmation de son arrêté, attaqué devant le tribunal administratif d'Orléans par un spectateur et la société de production des spectacles de Dieudonné M'bala M'bala. "Je ne peux que me réjouir de la décision du tribunal administratif", a-t-il déclaré. "Notre dossier était très solide", a-t-il ajouté, en évoquant "une alerte à la bombe (à la mairie de Tours, ndlr) ainsi que des menaces codées sur des réseaux sociaux".

Une interdiction dans son théâtre

Dieudonné se produit depuis 1999 à la Main d'Or. C'est dans ce théâtre qu'il avait été filmé à son insu tenant des propos contre un journaliste de France Inter, qui lui ont valu une enquête préliminaire "pour incitation à la haine raciale" ouverte le 30 décembre.

Depuis lundi, jour de la publication de la circulaire du ministre de l'Intérieur Manuel Valls visant à faire interdire les représentations de Dieudonné, la préfecture de police de Paris a interdit le spectacle à Paris.

Anne Hidalgo, la candidate socialiste à la mairie de Paris, a dit vendredi son souhait que les futures représentations de Dieudonné dans la capitale soient interdites.

Spectacle d'Orléans : verdict attendu samedi matin

Le tribunal administratif d'Orléans est également saisi d'une requête contre l'arrêté signé jeudi soir par le député-maire d'Orléans, Serge Grouard (UMP), interdisant le spectacle prévu dans sa ville pour samedi soir. Le tribunal rendra sa décision samedi matin à 11h.