"La Belle et la Bête" enchante le théâtre Mogador

Sophie Jouve
Par @sophiejouve1
Rédactrice en chef adjointe de Culturebox, responsable de la rubrique Théâtre-Danse
Mis à jour le 26/05/2014 à 18H06, publié le 24/10/2013 à 19H18
La Belle et et des domestiques transformés en drôles d'objets

La Belle et et des domestiques transformés en drôles d'objets

© © Ralf Brinkhoff & Birgit Mögenburg

Ce conte français a inspiré un très beau film à Jean Cocteau en 1946, un dessin animé à Disney en 1991 puis une version Broadway en 1994. Cette comédie musicale, la voici à Paris, dans une version française très réussie qui a séduit le public mercredi soir, la veille de la Première.

La voix de Catherine Deneuve ouvre le spectacle pour conter la malédiction du prince transformé en bête. Un sort qui ne pourra être rompu que si la Bête trouve l’amour et se fait aimer en retour.
 
Pendant ce temps-là, au village la Belle rêve sa vie à travers ses lectures, et se voit bien sûr cataloguée par ses voisin d’intello un peu coincée. Jusqu’au jour où pour sauver son père prisonnier dans le château de la bête, elle choisit de sacrifier sa liberté et de rester auprès de l’horrible créature.
 
Après un premier décor villageois qui manque un peu de poésie, on se laisse embarquer par cette production digne de Broadway (Stage Entertainment France avec Disney Theatrical), avec ses 32 artistes, sa débauche de décors et son orchestre "comme sur la 42e Rue".

Reportage : N. Lemarignier, C. Cormery-Laville, C. Combalusier, L. Lavieille
Certes, on ne retrouve pas ici l’esthétisme du Roi Lion qui nous avait littéralement subjugués, "La Belle et la Bête" est un pur produit Disney. Mais il y a dans ce spectacle tous les ingrédients du succès : des dialogues savoureux, des personnages attachants, des changements de décors féériques et bien entendu les chansons d’Alan Menken qui n’ont pas volé l'oscar en 1992.
 
Big Ben et Lumière

Big Ben et Lumière

© © Ralf Brinkhoff & Birgit Mögenburg
Les scènes du château sont particulièrement réussies avec ces domestiques transformés en objets. Il y a Big Ben, le majordome devenu horloge, la cantatrice-commode, Madame Samovar et l’irrésistible Lumière (Dan Menasche) avec des flambeaux en guise de mains. Coup de chapeau au film de Cocteau ?
 
On craque tout particulièrement pour la scène du dîner, avec ces assiettes qui dansent le French Cancan, ces couverts plein de fantaisie et le tapis volant. Très réussie également, la fête à la taverne animée par le vaniteux Gaston et son fou.
 
Rythme endiablé, humour ravageur, cette Belle et la Bête qui vante la différence et les purs sentiments, séduira à coup sûr les enfants et les parents qui ont su le rester. 
 
  La Belle et la Bête

  La Belle et la Bête

© © Ralf Brinkhoff & Birgit Mögenburg
"La Belle et la Bête" au théâtre Mogador
Durée : 2h45
25 rue de Mogador, Paris IXe
Place de 25 à 199 euros
Réservation : 0820 88 87 86