Nuages sur le Cirque du Soleil : 400 emplois menacés

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/01/2013 à 08H58, publié le 16/01/2013 à 18H03
Le cirque du soleil emploie 5000 salariés

Le cirque du soleil emploie 5000 salariés

© Kobal/The Picture Desk/AFP

Le Cirque du Soleil a annoncé mercredi soir qu'il supprimera jusqu'à 400 emplois, dont la plupart à Montréal. Motifs invoqués : la force du dollar canadien, la crise économique mondiale et la montée des coûts de production de ses spectacles.

La troupe fondée en 1984 par le Québécois Guy Laliberté compte aujourd'hui 5000 employés à travers le monde, dont 2000 au siège social international à Montréal. Signe de difficultés, le Cirque du Soleil a dû écourter en 2012 cinq des 24 productions qu'il a présentées dans le monde.

Malgré la confirmation des futurs licenciements, la directrice des relations publiques de la multinationale canadienne du divertissement, Renée-Claude Ménard, a démenti, lors d'un point de presse, que le Cirque soit "en crise". Cependant, elle a reconnu que l'année 2012 avait été la première de son histoire au cours de laquelle le Cirque n'avait pas dégagé de profit.

Les 400 suppressions d'emplois, qui toucheront tous les secteurs de l'entreprise et devraient être précisés d'ici fin mars, s'ajoutent à 50 autres survenus avant Noël.

Après une "croissance effrénée", une politique de réduction des coûts
Trois spectacles, que la responsable n'a pas identifiés, ont marché "moins bien que prévu" pour "différentes raisons", a-t-elle admis. La porte-parole a estimé que le modèle d'affaires du Cirque du Soleil avait beaucoup évolué depuis cinq ans, ajoutant que certains partenaires à Las Vegas n'étaient plus disponibles pour participer aux coûts de production et que l'entreprise en chercherait d'autres.

Enfin, après une période de "croissance effrénée", l'entreprise est arrivée aujourd'hui à maturité et compte demeurer au niveau de la vingtaine de spectacles qu'elle produit actuellement. Elle souhaite réduire fortement les coûts, qui représentent environ 50 millions de dollars par spectacle, pour arriver à une fourchette de 25 à 30 millions.