Rokia Traoré, époustouflante et superbe, au festival de Cornouaille

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 22/07/2009 à 10H51
Rokia Traoré, époustouflante et superbe, au festival de Cornouaille

Rokia Traoré, époustouflante et superbe, au festival de Cornouaille

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_478873@Culture

La chanteuse Rokia Traoré était à l'affiche du Festival de Cornouaille qui se déroule à Quimper (Finistère) du  18 au 22 juillet 2009 . Elle a littéralement enflammé le public avec ses chansons et sa présence. Mais derrière l'artiste, il y a aussi une femme africaine qui veut donner une autre image de l'Afrique.

Mon rédacteur en chef m'a dit : "Ecris-moi quelque chose sur Rokia Traoré". Il faut toujours obéir à son chef (surtout quand il vous demande quelque chose avec le sourire) mais là, en regardant le reportage, je me dis : "Qu'est ce que je peux dire d'autre, tout est là !". Que dire de plus sur cette Malienne, qui sait chanter, danser, écrire des chansons, marier plusieurs cultures et qui en plus a la tête sur les épaules ? Lors de chaque concert, elle ne manque pas de parler de son Afrique natale. Elle reconnait qu'elle a connu le confort d'une fille de diplomate, mais qu'elle a aussi côtoyé la pauvreté car avant de vivre de sa musique, elle a été cuisinière et femme de ménage. "La solution pour l'Afrique est en Afrique et l'émigration n'est pas une solution". Aux jeunes africains qui lui demandent conseil, elle dit d'apprendre le plus possible sur leurs racines pour ensuite pouvoir s'ouvrir au monde. C'est ce qu'elle a fait de son côté car il a fallu du temps à la belle Rokia pour faire se construire et afficher à la fois l'Afrique qu'elle porte en elle et toutes les autres influences.  Elle le fait depuis son dernier album Tchamantché, sorti en 2008 où elle chante souvent en bambara. Pourquoi pas avant ? "Ca demande du temps de se retrouver soi même". Oui, mais ça en vaut la peine.