On les aime gros et lourds : dix pavés à lire et à offrir à Noël

Mis à jour le 14/12/2017 à 10H38, publié le 12/12/2017 à 10H18
La librairie L'écume des pages à Paris

La librairie L'écume des pages à Paris

© Denis Meyer / Hans Lucas / AFP

Roman haletant, récit d'une vie, polar à dérouler : en cent mots plus qu'en un, vous aimez les histoires longues, pourvu qu'elles soient prenantes ? Vous adorez les offrir en plaisir longue durée? D'Afghanistan en Haïti, de Paris à Alger et de 14-18 à un XXIe siècle frappadingue, cette liste est faite pour vous.

Toujours déçu quand l'histoire se finit trop vite ? Du mal à comprendre que le Goncourt 2017 ait couronné un récit historique certes dense, mais bref, autour de l'Anschluss ("L'ordre du jour" d'Eric Vuillard, 160 pages à peine à se mettre sous la dent) ? Pour vrais amateurs de lectures, voici, de cinq cents à plus de mille pages, dix pavés hautement recommandables à lire, offrir et dévorer sans modération pour les fêtes :
1
"L'art de perdre", d'Alice Zéniter
Bravo les ados ! Les jeunes jurés du Goncourt des lycéens ont été superbement inspirés en couronnant cet automne "L'art de perdre" d'Alice Zéniter, histoire d'une famille de harkis qui court sur trois générations. Jeune Parisienne vive et cultivée, la narratrice, Naïma, ressuscite une mémoire ensevelie, enfouie au creux des gestes et des souvenirs. Pont entre les générations, ce livre prenant vaut aussi voyage, navette entre la France et l'Algérie. Il ne règle pas de comptes, mais raconte la vie qui va, loin des identités figées.
(Flammarion - 512 pages - 22 euros)
2
"Légende d'un dormeur éveillé", de Gaëlle Nohant
On ne saurait trop conseiller cette biographie romancée de Robert Desnos (1900-1945), aventurier et poète aux mille vies, qui rendit son dernier souffle au camp de concentration de Therensienstadt tout juste libéré. Sur fond de tornade artistique et politique qui balaya toute la première moitié du XXe siècle, ce fabuleux portrait d'un grand poète est un coup de maître. 
(Editions Héloïse d'Ormesson - 544 pages - 23 euros)
3
"L'odeur de la forêt", d'Hélène Gestern
Secret le mieux gardé de l'automne littéraire 2016, "L'odeur de la forêt" est un talentueux va-et-vient entre le XXIe siècle et la guerre de 14-18. Dans une maison de village dont elle a hérité, une historienne de la photographie découvre une correspondance et des photos de la guerre de 14-18, qui vont l'entraîner dans les méandres de l'histoire. Un chef d'oeuvre, et une très belle construction romanesque.
(Arléa - 706 pages - 27 euros)
4
"La petite femelle", de Philippe Jaenada
Ne le répétez pas : ici que Philippe Jaenada est à son meilleur (bien plus que dans "La serpe", qui a décroché, cette année, le prix Femina). On retrouvera les digressions drôlatiques chères à l'auteur, mais surtout un émouvant portrait de Pauline Dubuisson. Cette étudiante en médecine scandalisa l'opinion, en 1951, en tuant son amant, qu'elle avait refusé d'épouser. En avocat bosseur et minutieux, l'écrivain décrit une défense qui ne sera jamais à la hauteur et une héroïne trop affranchie pour une époque corsetée.  Un bonheur de lecture continu.
(Points Seuil - 744 pages- 9,10 euros)
5
"Pukhtu Primo et secundo" de DOA
Vous avez de la chance ! Les deux volumes du polar culte de DOA (pseudo pour "Dead on arrival" : en français, "mort à l'arrivée"), sont désormais publiés en poche. Ce roman fleuve se déroule à partir de 2008 dans un Afghanistan corrompu par le trafic de drogue et dévasté par les guerres. De la France aux Balkans et du Proche-Orient en Afrique, on suivra d'un bout à l'autre les aventures trépidantes des soldats perdus Fox et Lynx, de la journaliste Amel Balhimer, et du chef pachtoune Sher Khan, décidé à venger sa fille tuée par un tir de drone américain.
(Folio noir - 800 pages chacun - 9,40 euros chaque tome)
6
"La femme qui avait perdu son âme", de Bob Shacochis
Si vous n'avez pas lu cet immense roman qui oscille entre espionnage, polar et histoire d'amour, précipitez-vous. Les héros se baladent entre Etats-Unis et Croatie en passant par Haïti, où tout débute, en 1998. Tom, Américain en mission humanitaire, rencontre dans l'île une ravissante compatriote. Encore une aventurière égarée sur cette île caribéenne dévastée ?  "Blonde, jeune, exaspérante", cette photojournaliste, Jackie - ou peut-être Renée ? - ou encore Dottie ? va devenir son obsession. Mais quelle est cette fille de diplomate grandie à l'ombre d'agents secrets ? Le mystère se déploie, de la seconde guerre mondiale à l'orée du XXe siècle.
(Gallmeister poche - 880 pages - 13 euros)
7
"Le bourreau de Gaudi", d'Aro Sain de la Maza
Ce roman noir épatant vaut visite de Barcelone, et jeu de piste autour des monuments conçus par Gaudi. Car le premier mort de cette histoire est retrouvé brûlé vif, pendu à un balcon de "La Pedrera", un des chefs d'oeuvre de l'architecte moderniste. Mais ne vous fiez pas au seul aspect guide touristique : sur fond de corruption politique et de spéculation immobilière effrénée des années 2000, "Le bourreau de Gaudi" est d'abord un thriller noir et corsé au tempo parfait (de plus en plus accéléré, donc). Mais qui peut bien être cet assassin en série s'attaquant à des personnalités en vue ?
(Actes Sud Babel noir - 768 pages - 10,80 euros)
8
"Kong", de Michel Le Bris
Saga fascinante, "Kong" retrace l'histoire époustouflante des auteurs de King Kong, grands explorateurs des années 20. Sur neuf cents pages, Michel le Bris déroule l'entre-deux guerres, le vent de folie artistique, la soif de nouveaux horizons, et et la magie du cinéma, où tant reste à inventer. Guerriers, aviateurs, exploratrices, princes déchus et dictateurs tout neufs défilent dans mille aventures cocasses et terrifiantes.
(Grasset -  944 pages- 24,90 euros )
9
"Journal intégral, 1953-1986", de Matthieu Galey

Une vie en un volume. De l'âge de 19 ans à sa mort, à 51 ans, le journaliste culturel de "L'Express"a livré dans son "Journal intégral" (1953-1986) une autobiographie intime, un bloc-notes caustique de la vie mondaine parisienne, et un pan d'histoire. Elevé dans les beaux quartiers qu'il n'a jamais quittés, Matthieu Galey naviguait avec aisance dans le Tout-Paris, qu'il croque avec délice. Sec et cynique souvent, introspectif parfois, le texte devient bouleversant quand l'écrivain, atteint d'une maladie incurable, se sait condamné.
(Bouquins, Robert Laffont -1024 pages - 30 euros)

10
"Les misérables", de Victor Hugo

Le pavé des pavés de l'année est signé de l'indétrônable Victor Hugo. Car Folio a eu cette idée folle, en juin 2017, de publier "Les misérables" en un seul tome (1344 pages ! ). Mais quoi ? Pour être lourde (sur la balance), la gageure n'est-elle pas justifiée ? Et toujours d'actualité ? Combien de fois avons-nous croisé sans le voir, dans un Paris aveugle, le forçat Jean Valjean tentant de gagner son salut ? 
(Folio, 1344 pages, 13,90 euros)