Idées de cadeaux : 10 BD à offrir à Noël

Laurence Houot
Par @LaurenceHouot
Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 22/12/2017 à 11H32, publié le 13/12/2017 à 20H32
La sélection BD de Culturebox pour Noël

La sélection BD de Culturebox pour Noël

© Culturebox

Ludique, historique, légère ou philosophique, la BD est un cadeau idéal en ces temps de fêtes de fin d'année. Culturebox vous propose une sélection de BD parmi les meilleures parues cette année.

1
"Soudain l'univers prend fin", Dakota McFadzean, traduit de l'anglais (Canada) par Philippe Touboul
Le dessinateur canadien Dakota McFadzean a pendant 6 ans dessiné chaque jour un strip en 4 cases. Résultat : 1825 petites histoires en 4 cases. Les 900 premières sont dans ce premier tome (chic, il y en aura un second !). Ce que l'auteur réussit à exprimer à travers ces histoires courtes est autant un saut dans la métaphysique qu'un plongeon dans l'intime. C'est à la fois léger, absurde, surréaliste, profond et drôle. Une performance. 
(Editions Ça et Là - 304 pages couleurs - 25 €)
"Soudain l'univers prend fin", Dakota McFadzean (Editions Ça et là), 12/04/2011

"Soudain l'univers prend fin", Dakota McFadzean (Editions Ça et là), 12/04/2011

2
"Esther – Histoire de mes 12 ans", de Riad Sattouf
Depuis trois ans, Riad Sattouf raconte les aventures d'une petite parisienne. Chaque semaine une histoire est publiée dans le Nouvel Obs. Et chaque année, on retrouve avec joie la somme de ces aventures en album. Cette fois Esther a douze ans, et comme toutes les bonnes choses, cette série se bonifie avec le temps. Les éditions Allary publient cette année un coffret qui rassemble les trois premiers tomes, et ça, comme dirait Esther, c'est mais trop une bonne idée de cadeau de Noël !
(Allary Editions - 56 pages couleur - 16,90 € et 55 € le coffret).
"Les cahiers d'Esther - Histoires de mes 12 ans" (Tome 3 - page 16)

"Les cahiers d'Esther - Histoires de mes 12 ans" (Tome 3 - page 16)

© Riad Sattouf / Allary Editions
3
"Supermutant Magic Academy", de Jillian Tamaki
L'auteur de "Cet été-là" (Rue de Sèvres, 2014) raconte ici la vie dans la Supermutant Magic Academy, une école réservée à des adolescents frappés de mutations diverses et variées, qui leur donnent des super pouvoirs : Wendy, Marsha, Cheddar, Trixie, Trevor Frances ou le Garçon Éternel… Amours et peines de cœur, alcool, angoisses existentielles, créativité débordante et décalée, ces mutants vivent leur vie comme tous les ados. Car au fond les ados ne sont-ils pas tous des mutants, des êtres en devenir à la sensibilité exacerbée, en quête d'identité ?
"Supermutant Magic Academy" Jillian Tamaki (Denoël Graphic)
C'est la grande force de cette BD, qui figure cette période de transition en mode allégorique, avec inventivité et humour. Le trait de Jillian Tamaki, ultra vif, emprunte au manga tout en s'en affranchissant, forgeant un style singulier. La dessinatrice n'hésite pas à varier les épaisseurs de trait, à glisser inopinément de la couleur, ou à pousser le trait jusqu'à l'esquisse, tout cela toujours à bon escient, pour servir un propos d'une grande intelligence, qui pose un regard perçant sur le monde promis à la jeunesse d'aujourd'hui. L'histoire est d'abord parue sous forme de webcomic, sur le blog de la dessinatrice. Un livre que l'on peut ajouter à la liste des livres à offrir aux ados.
(Denoël Graphic – 274 pages – 21,90 €)
4
"Bâtard", de Max de Radiguès
May et Eugene, son fils, viennent de commettre le "multi casse" du siècle : 52 hold-up à la même heure, dans la même ville, qui laissent la police les bras ballants. Commence alors une cavale rocambolesque, dont l'issue offre une surprise de taille !  On retrouve la patte de Max Radiguès, ligne claire et propos offensif.
(Casterman – 192 pages – 13 €)
"Bâtard" de Max de Radiguès
5
"La Saga de Grimr", de Jérémie Moreau
1783. L’Islande, accablée par la misère, vit sous le joug du Danemark. Grimr, orphelin, doté d’une très grande force, est digne des plus fameux héros de saga, même s’il n’est le fils de personne. "La Saga de Grimr" raconte le passage à l'âge adulte de ce garçon étrange, un récit initiatique qui se déploie dans les décors impressionnants de la sauvage Islande. Le graphisme, pictural, est d'une beauté éblouissante.
(Delcourt – 232 pages – 25,90 € )
Jérémie Moreau raconte comme il a dessiné Grimr
6
"Opération Copperhead", de Jean Harambat
Une histoire rocambolesque de contre-espionnage des services britanniques, qui met en scène pendant la seconde guerre mondiale les comédiens David Niven, Peter Ustinov et Clifton James. L'idée est sortie en direct du cerveau fertile de Winston Churchill : trouver un sosie au général Montgomery. Le sombre acteur Shakespearien Clifton James est désigné pour cette mission. L'idée est de le promener en Afrique du Nord afin de détourner l'attention des nazis du véritable lieu du débarquement. L'affaire est baptisée "Opération Coperhead"… Construite à partir de faits réels, cette histoire est un pur bonheur de rebondissements et de drôlerie qui évoque les films de Lubitsch.
(Dargaud – 176 pages – 22,50 €)
"Opération Copperfiel", Jean Harambat (couverture)
7
"Le premier homme" Jacques Ferrandez
Jacques Ferrandez avait déjà adapté "L'étranger" et "L'hôte". Il adapte cette fois "Le Premier homme", ce roman inachevé d'Albert Camus qui raconte l'enfance de Jacques Cormery (Camus lui-même) en Algérie. Une belle adaptation, qui plonge dans l'Algérie d'avant la guerre et dans l'enfance d'un monument de la littérature française, Albert Camus. Une histoire que Jacques Ferrandez avait toutes les raisons de vouloir adapter : fan de Camus, ses grands-parents ont grandi dans la même rue que Camus et sa mère … Pour un riche cadeau, on peut en même temps acheter "Entre mes deux rives" (Mercure de France), un autoportrait où Jacques Ferrandez revient sur cette histoire qui le lie à l'Algérie, nourri de dessins, d'illustrations, de photographies et des dessins préparatoires pour "Le premier homme".
(Gallimard Bande dessinée, Collection "Fétiche" - 184 pages - 24,50 € / "Entre mes deux rives", Jacques Ferrandez, Mercure de France - Collection "traits et portraits" - 215 pages - 24,50 €)
"Le premier homme", page 30

"Le premier homme", page 30

© Jacques Ferrandez / Gallimard Bande Dessinée
8
"Un monde un peu meilleur", de Lewis Trondheim
Cet album signe le retour du mythique Lapinot, le personnage culte à tête de lapin de Lewis Trondheim qui avait disparu des radars depuis 2004. On retrouve toute la bande (Richard, Titi, Nadia..) et l'on fait la connaissance d'un nouvel énergumène, Gaspard, qui a la faculté de voir les "émanations psychiques" des gens. Don ou malédiction ? Trondheim renoue avec Lapinot avec ce même regard aigu posé sur le monde contemporain. "Un monde un peu meilleur", est le premier tome d'une série annoncée comme "Les nouvelles aventures de Lapinot". À suivre donc … Pour fêter ce retour, L'Association publie deux éditions spéciales de luxe de l'album.
(L'association – 48 pages – 13 € / Edition luxe : 64 pages (cahier spécial de 16 pages) - 39 € / Edition super luxe : couverture blanche à faire dessiner par l'auteur : 64 pages – 500 €).
"Un monde un peu meilleur", Lewis Trondheim, Brigitte Fondakly

9
"Capitaine Tikhomiroff", de Gaétan Nocq
On ne peut pas finir l'année 2017 sans lire un livre sur la révolution russe. C'est en bande dessinée que Gaétan Nocq propose de revenir sur cette histoire. Après avoir raconté la Guerre d’Algérie à travers les yeux d’Alexandre Tikhomiroff (dit Tiko), Gaétan Nocq plonge cette fois dans la Révolution d’Octobre vécue par le père de Tiko. L'histoire est racontée depuis Paris, par Tiko enfant, à travers ce que lui a raconté son père. Sur injonction de son père, Tikhomiroff s'est engagé en 1918 dans les rangs de l'armée blanche contre les bolcheviques. Échappant à une exécution, il fait face aux horreurs de la guerre civile, assiste impuissant à la mort de ses compagnons d’arme et survit à cette incroyable épopée avant de rejoindre, comme beaucoup de ces "Russes blancs", la France dans les années 20…
"Capitaine Tikhomiroff", Gaétan Nocq (La Boîte à Bulles)
Gaétan Nocq raconte cette histoire avec la minutie d'un historien, et multiplie les inventions narratives pour dérouler le fil de cette incroyable odyssée : comment par exemple faire sentir le temps qui passe avec une nature morte dans laquelle viennent s'ajouter case après case des objets au fil du temps, qui racontent la vie d'un homme. Au crayon avec une mise en couleur dans une palette de nuances de gris, rehaussés ici et là de couleurs parfois au pastel, passant du bleu le plus froid de l'hiver au rouge sang de l'été, Gaétan dessine les paysages, les visages, l'"esprit russe" avec une force qui plonge le lecteur dans l'ambiance brutale, âpre et glaciale de cette guerre civile. L'histoire est construite à partir du témoignage d'Alexandre Tikhomiroff, dont les archives (papiers, photos), sont jointes en fin d'ouvrage.
(La Boîte à Bulles – 238 pages – 28 €)
10
"Astérix et la Transitalique", Didier Conrad (Dessinateur) Jean-Yves Ferri (Scénario)
En cette année qui commémore les 50 ans de la mort de Goscinny, ce petit dernier ne dénote pas. Didier Conrad et Jean-Yves Ferri embarquent les deux héros gaulois dans l'Italie antique. Incontournable !
(Éditions Albert René – 48 pages – 10 €)
"Astérix et la Transitalique", Didier Conrad Jean-Yves Ferri © Albert-René Editions