Paul Bocuse, l'adepte des petites phrases piquantes

Par @Culturebox
Publié le 20/01/2018 à 18H05
Paul Bocuse devant son célèbre restaurant  L'Auberge du Pont de Collonges (24 mars 2011)

Paul Bocuse devant son célèbre restaurant  L'Auberge du Pont de Collonges (24 mars 2011)

© Laurent Cipriani / AP / Sipa

Disparu samedi matin à l'âge de 91 ans, Paul Bocuse n'était pas seulement un immense cuisinier. Farceur et friand de bons mots, l'"empereur" de la cuisine française avait le sens de la formule, de la réplique... et il avait parfois la dent dure.

Petit florilège en hommage à Paul Bocuse :

- "La vie est une farce, je l'ai compris à 19 ans, pendant la guerre. Lorsque mes copains tombent à côté de moi, je me demande +Pourquoi pas moi ?+ La chance, la santé, le travail et une dérision profonde deviennent mes maîtres mots."

- "La vie peut s'arrêter à chaque seconde. Alors il faut travailler comme si on allait mourir à 100 ans et vivre comme si on devait mourir demain."

- "Je tiens à rester classique, cette cuisine a des amateurs (...) si un jour le restaurant est vide, je me poserai des questions, mais ce n'est pas le cas."

- "Bien faire un travail ne prend pas plus de temps que de le faire mal."

- "Vous avez fait de piètres études ?", lui demande un animateur. "Oui mais j'ai mes deux bacs : le bac d'eau froide et le bac d'eau chaude", répond-il.

- Son coq tatoué sur le bras ? "C'est mon copain ! Lorsque quelqu'un m'enquiquine, je lui parle à voix basse. Cela me calme et surtout déstabilise l'adversaire."

- "La véritable cuisine sera toujours celle du terroir. En France le beurre, la crème et le vin en constitueront toujours les bases."

- "Pour moi, la bonne cuisine, c'est quand on soulève le couvercle, que ça fume, que ça sent bon et qu'on peut se resservir."

- "Président, il faut casser la croûte" (en servant à Valéry Giscard d'Estaing sa fameuse soupe de truffes recouverte d'une coque feuilletée)

- "La cuisine c'est la paix dans le monde."

- "C'est vrai, il faut être un peu cabot. Je fais un métier où l'on donne deux représentations par jour, et certains soirs, où on préférerait être dans son lit, il faut y aller quand même et avec le sourire."

- D'un de ses concurrents : "Il copie tout, c'est le Laurent Gerra de la cuisine, sans le talent."

- "J'adore les femmes et nous vivons trop longtemps de nos jours pour passer une vie entière avec une seule."

- "De ma vie je ne regrette rien, sauf peut-être la peine que j'ai pu faire aux femmes de ma vie. J'espère qu'elles me pardonneront."

- "Aujourd'hui, être seul et le soir, observer les canards avec mes chiens, puis dormir dans la chambre même qui m'a vu naître suffit à mon bonheur."