Patrimoine culturel immatériel de l'Unesco : le rêve des bouquinistes parisiens

Mis à jour le 25/04/2018 à 14H50, publié le 25/04/2018 à 14H49
Les bouquinistes de Paris réfléchissent à une inscription au patrimoine culturel © Sipa Presse

Avec 300.000 livres d'occasion, c'est la plus grande librairie à ciel ouvert de France. Les bouquinistes des bords de Seine veulent désormais écrire une nouvelle page de leur histoire. Ils rêvent d'une inscription au patrimoine culturel de l'UNESCO.

On ne voit qu’eux sur les berges de Seine. Ils sont un peu l'âme de la capitale. Les bouquinistes sont incontournables. Plus que de simples vendeurs, ces amoureux de livres d’occasions, de gravures, d’ouvrages anciens ou de revues font partie du charme parisien et de son identité culturelle.

Les bouquinistes, l’exception culturelle française 

Aujourd’hui, la capitale enregistre 210 bouquinistes. Ce sont les héritiers des colporteurs de livres du XVIe siècle. Avec 240 caissons sur 3 km le long de la Seine, c'est la plus grande librairie à ciel ouvert de France. Un patrimoine historique, culturel et littéraire unique que la profession souhaite défendre et protéger.

Reportage : France 3 Paris Île-de-France A. Joudi / P. Quiers / W. Sabas

https://videos.francetv.fr/video/NI_1225409@Culture


Baisse d'achat de livres, concurrence féroce d'internet, babioles touristiques en tout genre dont raffolent les touristes... les raisons de se sentir menacés ne manquent pas. Les berges de Seine sont inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1991. Les bouquinistes parisiens souhaitent à présent figurer au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. 
 
Des démarches longues et fastidieuses
 
Mais d'abord, les bouquinistes doivent figurer à l’inventaire français du patrimoine culturel immatériel. Cette première démarche pourrait prendre entre 8 mois et deux ans. La suivante, seul le ministère de la culture est habilité à la faire. Un seul dossier peut être présenté tous les deux ans. Avec une longue liste de prétendants, le dossier d'inscription des bouquinistes pourrait être repoussé à 2021, voire 2023.