Mémorial de la Marseillaise, retour aux sources de l'hymne national français

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/08/2012 à 11H44
Un Mémorial installé rue Thubaneau dans le quartier de Belsunce

Un Mémorial installé rue Thubaneau dans le quartier de Belsunce

© France3 / Culturebox

Inauguré en mars 2011 à Marseille, le Mémorial de la Marseillaise est le premier musée à retracer sur 300 m² la naissance du célèbre chant révolutionnaire devenu hymne national français. Mais il permet aussi au public de se replonger dans l’histoire de la Révolution française, des Etats généraux de 1789 à la naissance de la République le 22 septembre 1792

https://videos.francetv.fr/video/NI_131887@Culture

La première question qu’on peut se poser, c’est : pourquoi Marseille ? Et puis dans la foulée, pourquoi ce nom, « La Marseillaise » ? Quel est le lien entre le chant révolutionnaire et la cité phocéenne ? Pour ceux qui ne peuvent pas s’y rendre et visiter le Mémorial, voici la réponse qui va nous replonger dans les cours d’histoire. Retour en avril 1792. La France est en pleine révolution et entre en guerre contre l’Europe des monarques coalisés, notamment l’Autriche. Au cours d’une soirée avec des militaires, le maire de Strasbourg, le baron de Dietrich, observe avec regret que la France révolutionnaire ne possède pas un hymne national capable de galvaniser ses soldats. Entendant cela, le capitaine du génie Claude-Joseph Rouget de Lisle, qui est aussi poète et musicien, compose dans la nuit du 25 au 26 avril les paroles et la musique du Chant de guerre pour l’armée du Rhin. Plus tard, en  juin, un délégué du Club des amis de la Constitution de Montpellier, le docteur  François Mireur, vient coordonner les départs de volontaires du Midi vers le front. C’est là qu’il  entonne pour la première fois à Marseille ce chant entendu quelques temps auparavant à Montpellier. Il sera distribué aux volontaires marseillais (qu’on appelle aussi « les fédérés ») qui vont l’entonner tout au long de leur périple de quatre semaines vers Paris. A leur arrivée triomphale dans la capitale, ils chantent cet hymne aux Tuileries le 30 juillet 1792. Et c’est la foule parisienne qui en les entendant décide d’appeler cette chanson « Hymne des Marseillais » puis « La Marseillaise ». Elle deviendra hymne national par le décret du 14 juillet 1795. Décret qui ne sera définitivement appliqué qu’à partir du 14 février 1879 avec Jules Grévy le Président de la République de l'époque.

Les fédérés marseillais montent sur Paris en chantant ce qui est encore le "Chant de guerre pour l’armée du Rhin"

Les fédérés marseillais montent sur Paris en chantant ce qui est encore le "Chant de guerre pour l’armée du Rhin"

© DR

En installant le Mémorial de la Marseillaise rue Thubaneau en plein quartier populaire de Belsunce, le public revient aux sources de l’histoire car il s’agit de l'emplacement de l'ancien Club des Jacobins d'où les Fédérés marseillais partirent pour Paris. La bâtiment, qui abrita des bains maures, est resté longtemps à l’abandon. C’est l'architecte André Stern qui a conçu le musée et imaginé un parcours visuel et sonore organisé sur trois salles où le visiteur doit retrouver l’ambiance de la Marseille de l’époque : "La Marseillaise, c'est d'abord une histoire d'hommes, de femmes et d'enfants » explique. « C'est une histoire belle, il fallait donc la raconter avec sensibilité, qu'on frappe les pavés de la Révolution, qu'on sente l'odeur de la poudre".  Une odeur que pourront respirer 100.000 personnes par an (c’est la capacité d’accueil du musée). Un chiffre qui pourrait être atteint en 2013, année où Marseille sera capitale européenne de la culture.

Le  Mémorial de la Marseillaise - 23-25, rue Thubaneau - 13001 Marseille - Tél : 04 91 91 91 97 - Ouvert tous les jours de 10h à 18h jusqu'au 16 septembre 2012 puis du Mardi au Dimanche de 14h00 - 18h00 - Entrée 7€.