"Maori. Leurs trésors ont une âme" au musée du quai Branly

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/10/2011 à 12H24
"Maori. Leurs trésors ont une âme" au musée du quai Branly

"Maori. Leurs trésors ont une âme" au musée du quai Branly

© Culturebox

Les Maori présentent leurs "trésors" ancestraux au musée du quai Branly à Paris jusqu'au 22 janvier 2012. Intitulée "Maori. Leurs trésors ont une âme", l'exposition permet de mieux comprendre ce peuple, au-delà du simple haka, la célèbre danse guerrière popularisée par l'équipe de rugby néo-zélandaise.

https://videos.francetv.fr/video/NI_114331@Culture

"Maori. Leurs trésors ont une âme", visible du 4 octobre 2011 au 22 janvier 2012, permet de découvrir 250 oeuvres anciennes et contemporaines issues des collections du musée national de Nouvelle-Zélande. L'exposition, montrée pour la première fois hors de Nouvelle-Zélande, a été entièrement conçue par les équipes du musée "Te Papa" situé à Wellington. Les oeuvres présentées évoquent la généalogie, les liens entre toutes choses, l'identité maori. Militante, l'exposition allie des symboles et des objets emblématiques de la lutte des Maori pour l'auto-détermination et le contrôle de leur territoire. Elle démarre par l'évocation du traité de Waitangi signé en 1840 entre les Britanniques et les Maori. Ce texte bilingue reconnaît la colonisation anglaise mais garantit aux Maori la possession de leurs terres. L'art du tatouage traditionnel ou "Ta moko" est aussi évoqué au passé et au présent. Les Maori se servaient au départ de ciseaux pour graver la peau avec des motifs reflétant la généalogie de la personne. Depuis quelques années, le "Ta moko" est redevenu tendance chez les Maori en quête d'identité et certaines femmes n'hésitent plus à se faire tatouer le bas du visage. Egalement largement évoquée : la lutte des Maori pour reconquérir leur territoire : la marche pour la terre de 1975, l'occupation de Bastion Point en 1978, la marche de protestation pour le littoral et les fonds marins de 2004... un grand drapeau qui accompagne ces luttes a été accroché avec beaucoup de soin. Lors de la cérémonie d'ouverture, les équipes du "Te Papa" ont solennellement confié au quai Branly la garde de tous ces "trésors" le temps de l'exposition. A noter également que fin janvier, la France remettra officiellement à la Nouvelle-Zélande toutes les têtes de guerriers maori en sa possession lors d'une cérémonie au musée du quai Branly.



-