Malgré la crise, l'Italie relance la restauration du palais de Néron à Rome

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/06/2012 à 14H45
La salle circulaire du palais de Néron à Rome

La salle circulaire du palais de Néron à Rome

© DR

L'Italie vient de relancer les travaux de restauration de la Maison dorée, le palais de Néron situé en plein centre-ville de Rome, à quelques mètres du Colisée. Fermé au public depuis 2005, le site pourrait en partie rouvrir ses portes aux visiteurs d'ici 2 ans. Mais d'ici là, il faudra trouver au moins 60 millions d'euros pour financer les travaux... Une gageure dans un pays en plein marasme économique.

https://videos.francetv.fr/video/NI_483447@Culture

 

Ensevelie pendant des siècles, la Domus aurea, ou Maison dorée, fut redécouverte à la Renaissance. Après une vingtaine d'années de fermeture, des fouilles et des travaux de restauration ont permis de rouvrir l'accès du site aux visiteurs en 1999, mais en 2005, après des dégradations, le palais a de nouveau été fermé au public. 

Ce palais gigantesque de 15 000 m2 fut construit après le grand incendie de Rome de 64, attribué à Néron. Il comportait plusieurs bâtiments, de vastes jardins et un lac artificiel qui fut asséché après la mort de l'empereur et à la place duquel fut construit le Colisée.

Chefs-d'oeuvre en péril

L'Italie parviendra-t-elle à mener à bien le chantier de restauration de l'édifice ? Le pari est de taille car le pays doit faire face à une dette colossale et des plans d'austérité à la chaîne. L'entretien de son immense patrimoine architectural s'en ressent : plusieurs de ses monuments emblématiques sont mal en point, à l'image du Colisée dont des fragments de tuf se sont détachés au début de l'année. A court d'argent, le gouvernement a dû faire appel au secteur privé pour restaurer le site, en l'occurrence, au magnat de la chaussure italien Diego Della Valle, le patron du groupe Tod's. 

Pour réhabiliter le site de Pompéi, qui a connu lui aussi plusieurs effondrements, Rome a décroché une aide de 105 millions d'euros de l'Union Européenne. 

Plus récemment, le 9 juin dernier, c'est la fontaine de Trévi qui a montré des signes de faiblesses : plusieurs pièces décoratives se sont détachées de la frise supérieure. Le conseiller municipal de Rome délégué à la culture a estimé nécessaire de lever des fonds pour protéger la fontaine et a réclamé une restauration à grande échelle dans les plus brefs délais. 

 

Le palais de Néron tel qu'il était au Ier siècle

Le palais de Néron tel qu'il était au Ier siècle

© DR