Stéphane Bern : "Les élus veulent la peau des architectes des bâtiments de France"

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/09/2018 à 11H47, publié le 03/09/2018 à 11H22
Stéphane Bern fin mai 2018 lors de la présentation du Loto du partimoine à l'Elysée. 

Stéphane Bern fin mai 2018 lors de la présentation du Loto du partimoine à l'Elysée. 

© ludovic MARIN / AFP

Les élus "veulent la peau des architectes des bâtiments de France" avec la future loi Elan sur le logement, a accusé lundi sur RTL Stéphane Bern, chargé d'une mission sur la sauvegarde du patrimoine. Ce lundi 3 septembre est lancée l'opération Loto du patrimoine, promue par Stéphane Bern.

Aujourd'hui, les architectes des bâtiments de France, dont la fonction existe depuis 1946, donnent leur avis dans le cadre de permis de construire, d'aménagement ou de destruction des espaces protégés, avis qui peut s'imposer aux maires.

"Ça fait 120 ans qu'ils veulent la peau des architectes des bâtiments de France"

La loi Elan prévoit de limiter leur rôle dans le cadre de la lutte contre l'insalubrité ou pour implanter de nouvelles antennes relais.
"Je ne peux pas laisser faire ça", s'est emporté Stéphane Bern, qui avait été nommé par le chef de l'Etat Emmanuel Macron pour une mission sur la sauvegarde du patrimoine. "Au Parlement, les élus ont eu gain de cause contre les architectes des bâtiments de France et ils ont voté d'une seule voix pour la loi Elan", a-t-il dit. "Ça fait 120 ans qu'ils veulent la peau des architectes des bâtiments de France, donc ils vont l'avoir", a encore regretté l'animateur.

"Il ne s'agit pas de supprimer l'avis des architectes des bâtiments de France, il s'agit dans deux cas, antennes de téléphonie mobile et puis habitat indigne, de venir à un avis simple" et donc non contraignant, avait toutefois détaillé samedi le ministre de la Cohésion des Territoires Jacques Mézard.

Lancement du Loto du patrimoine

Le Loto du patrimoine, porté par l'animateur télé, démarrait ce lundi avec la vente de grilles à 3 euros, pour la grande loterie du 14 septembre, et à 15 euros, pour le jeu à gratter. L'objectif est de susciter une grande mobilisation populaire autour d'une loterie et d'un jeu de grattage et de collecter plusieurs millions d'euros - la Française des jeux escompte 15 à 20 millions d'euros - pour financer la rénovation de monuments.

Stéphane Bern, qui avait réitéré ses menaces de quitter à la fin de l'année sa mission s'il estimait n'être qu'un "cache-misère" ou un "pantin", a indiqué ce lundi avoir parlé à Emmanuel Macron. "On s'est parlé ce week-end, il m'a donné tout son soutien, il m'a dit qu'il mettrait tout en oeuvre pour que je réussisse et que la mission patrimoine soit un succès", a assuré l'animateur télé.
laf/alu/mm