Liban : un nouveau musée pour réunir art contemporain et patrimoine d'Orient

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox

Journaliste, responsable de la rubrique Jazz-Musiques du Monde de Culturebox

Publié le 11/10/2018 à 14H40
Baie vitrée avec vue sur la mer Méditerranée, au musée Nabu (27 septembre 2018)

Baie vitrée avec vue sur la mer Méditerranée, au musée Nabu (27 septembre 2018)

© Joseph Eid / AFP

Des œuvres contemporaines côtoyant des bronzes d'Aphrodite et de statues phéniciennes... Dans le nord du Liban, le musée Nabu vient d'ouvrir ses portes, à l'initiative de collectionneurs et d'artistes soucieux de mettre en valeur et transmettre le riche patrimoine culturel d'un Moyen-Orient déchiré par les conflits.

Le musée Nabu, qui porte le nom du dieu mésopotamien de la sagesse et de l'écriture, s'élève sur les bords de la Méditerranée, dans le village d'El-Heri. Le bâtiment en forme de cube futuriste surprend par ses parois en acier patiné, couleur rouille.

L'établissement a ouvert fin septembre avec une collection réunissant une soixantaine d'œuvres d'artistes du monde arabe mais aussi près de 400 pièces d'antiquité, certaines vieilles de 3.000 ans, originaires du Liban, d'Irak, de Syrie, d'Egypte ou encore du Yémen. "Comme ça, on a une vision relativement globale de ce qui a été le berceau de la civilisation", lance fièrement le commissaire de l'exposition, le Français Pascal Odille, citée par l'AFP.

À l'origine du projet figurent trois hommes d'affaires férus d'arts - deux Libanais et un Syrien - qui ont décidé de mettre à la disposition du musée leur collection privée, après avoir confié la conception du bâtiment à deux artistes irakiens. Un engagement qui se veut porteur d'espoir, dans un Moyen-Orient ravagé par les guerres.
Le musée Nabu (27 septembre 2018)

Le musée Nabu (27 septembre 2018)

© Joseph Eid / AFP

 

"Nous sommes une lueur d'optimisme dans cette région"

"Nabu, c'est le dieu de l'écriture et de la sagesse. Pas le dieu de la guerre", lance un des fondateurs, Jawad Adra. "Nous sommes une lueur d'optimisme dans cette région, au milieu de toute cette obscurité", ajoute l'homme d'affaires libanais.
 
Les œuvres sont exposées sur les deux étages du musée, baigné par la lumière d'une immense baie vitrée ouvrant sur la mer. Il y a des ouchebtis égyptiens en faïence vert turquoise, hérités de l'époque ptolémaïque (323 à 30 avant J.-C.). Ces petites statuettes funéraires finement ciselées étaient déposées dans les tombes pour servir le mort dans l'au-delà.

Le musée expose aussi une sculpture réalisée en 2018 par l'artiste contemporaine libanaise Katya Traboulsi : un obus en granit noir décoré de hiéroglyphes, dont l'ogive représente le dieu pharaonique Horus.

Exposées également, des toiles du grand peintre libanais Saliba Douaihy (1915-1994) ou encore des statues phéniciennes en terre cuite, datant du 7e ou 6e siècle avant J.-C., retrouvées lors de fouilles marines au large de la côte sud du Liban. Le projet a coûté environ sept millions de dollars.
Statue de la divinité phénicienne Baal, au musée Nabu (27 septembre 2018)

Statue de la divinité phénicienne Baal, au musée Nabu (27 septembre 2018)

© Joseph Eid / AFP
Les objets présentés, qui ne sont qu'une fraction des collections privées des fondateurs du musée, seront remplacés périodiquement.

Selon le catalogue de l'exposition, la collection personnelle de Jawad Adra compte quelque 2000 pièces du Levant et de Mésopotamie. "Depuis que j'ai 10 ans, je collectionne des timbres et des pièces de monnaie." À 64 ans, il possède un cabinet de conseil basé à Beyrouth et dirige dans le Golfe des laboratoires de contrôle de qualité, en partenariat avec Fida Jdeed, également embarqué dans l'aventure.

Le troisième homme du trio, Badr el-Hage, possède une entreprise spécialisée dans le commerce des livres rares à Londres.

Le Liban est engagé contre le trafic d'antiquités

Les autorités libanaises ont salué cette initiative privée. Le pays est engagé contre le trafic illégal d'antiquités et a lancé fin 2017 avec l'Unesco une campagne nationale de protection du patrimoine culturel, baptisée "Notre patrimoine n'est pas à vendre".

En 2016, une loi avait aussi été adoptée pour réguler la propriété d'antiquités par les particuliers, qui doivent les déclarer auprès du ministère de la Culture. Le musée Nabu et ses fondateurs ne dérogent pas à la règle. Jawad Adra assure qu'une "grande partie" de sa collection est déclarée auprès des autorités et qu'il poursuit ce processus d'enregistrement.

La motivation qui se cache derrière le musée ? "On est arrivé à un âge où l'on se demande +qu'as-tu fait, qu'as-tu donné à ton pays+", avance le sexagénaire, qui compte laisser un legs positif.

"Ce lieu est comme une compensation pour tout ce qui a été détruit"

Les deux artistes irakiens qui ont conçu l'architecture du musée, Mahmoud al-Obaidi et Dia Azzawi, cherchent aussi à mettre en avant l'héritage oublié de leur pays à travers des œuvres qu'ils y exposent. "Ce lieu est comme une compensation pour tout ce qui a été détruit", confie Mahmoud al-Obaidi, évoquant son pays qu'il a quitté en 1991 pour le Canada.

Dans une région confrontée notamment à des difficultés économiques, où les gouvernements sont souvent accusés de négliger la culture, les initiatives personnelles sont essentielles, martèle cet artiste de 53 ans.

D'autres initiatives du même genre ont été lancées ces dernières années

Le Liban accueille déjà plusieurs initiatives similaires, lancées par des hommes d'affaires ces dernières années, à l'instar du musée Robert Mouawad à Beyrouth, ou encore de la Fondation Aïshti pour l'art contemporain. "Nos États ne prennent pas au sérieux la question de la culture", déplore Mahmoud al-Obaidi, la barbe poivre et sel taillée de près. "Ils ne comprennent pas que tout disparaît et que seuls restent le livre, le tableau, les antiquités comme vestiges des civilisations."