Les souffrances de la Grande Guerre exposées en Belgique

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/02/2014 à 14H21
"Guerre et traumastimes", l'expostion belge qui bouscule les esprits

"Guerre et traumastimes", l'expostion belge qui bouscule les esprits

© France3/Culturebox

Si la première guerre mondiale détient le triste record du nombre de morts sur le front, elle a également laissé des traces indélébiles sur les corps et les esprits des poilus et des civils. Ce sont ces souffrances visibles ou pas que deux expositions proposent de mettre en avant. Des clichés, des textes et des vidéos, rarement montrés, poignants, sont exposés au public, à Ypres et à Gand.

Reportage : F. Mabille / G. Vandamme / M. Vansteenkiste

https://videos.francetv.fr/video/NI_141915@Culture

Les grandes guerres et les conflits ont toujours été l'occasion pour la technologie et la médecine de se développer et de progresser. La première guerre mondiale a permis notamment l'évolution de la radiographie avec, comme figure de proue, Irène et Marie Curie. Lorsque la guerre éclate en 1914, alors que le directeur d'un laboratoire de l'Institut du radium de Paris, Claudius Regaud, part organiser un centre médical militaire novateur, Marie Curie équipe des véhicules pour radiographier les blessés. 

"Guerre et traumatisme"

"Guerre et traumatisme"

© http://oorlogentrauma.be/

Avec sa fille Irène, elle décide de prendre en charge l'enseignement et la formation des équipes radiologiques, à l'époque en très grande majorité féminines. Elle organise également des expéditions sur le front pour aider les médecins à localiser les projectiles dans le corps des blessés. De ces expériences de guerre, Marie Curie et Claudius Regaud tireront de nombreux enseignements qui s'avéreront très utiles pour faire de l'Institut Curie le berceau de la cancérologie mondiale.


Exposition "Guerre et traumatisme"
Jusqu'au 30 juin 2014 à Ypres et Gand (Belgique)
Plus d'infos : http://www.oorlogentrauma.be/