Les dernières bouteilles du "Roi du Bourgogne" Henri Jayer mises en vente

Par @Culturebox
Publié le 17/06/2018 à 17H23
Magnum de Cros-Parantoux, Vosne-Romanée Premier Cru 1978

Magnum de Cros-Parantoux, Vosne-Romanée Premier Cru 1978

© Cros-Parantoux, Vosne-Romanée Premier Cru

Elles sont au nombre de 1.064. Pas une de plus. Les ultimes bouteilles et magnums du "Maître du Pinot noir" Henri Jayer sont mises aux enchères dimanche à Genève par les filles du vigneron bourguignon, décédé en 2006 à 84 ans.

Cette vente historique a démarré à 14H00  dans le domaine de Châteauvieux, sur les hauteurs de Genève, et devrait s'achever en début de soirée, a indiqué à l'AFP Emilie Drouin, porte-parole de la maison d'enchères genevoise Baghera Wines, en charge de la vente. Les acheteurs peuvent également renchérir par internet. Avec l'ensemble des flacons mis en vente, les vendeuses pourraient récolter entre 6,7 et 13 millions de francs suisses (entre 5,7 et 11,2 millions d'euros), selon les experts.

Le lot 160, le plus cher - une série de quinze magnums de Cros-Parantoux, Vosne-Romanée Premier Cru, allant de 1978 à 2001 - est par exemple estimé entre 280.000 et 480.000 CHF (entre 237.000 et 406.000 euros). Autre lot remarquable, le 214, un magnum de Richebourg 1987 dont le prix est estimé entre 16.000 et 32.000 francs suisses (entre 13.822 et 27.645 euros). Les moins fortunés peuvent tenter leur chance avec une bouteille de Nuits-Saint-Georges 1997, proposée tout de même à 1.600 francs suisses (1.382 euros).

Les vins les plus chers du monde

Les 855 bouteilles et 209 magnums réunis dans cette vente inédite constituent la totalité des flacons que Henri Jayer avait patiemment accumulés tout au long de sa vie, dans la cave de son domaine à Vosne-Romanée. Pour préparer la vente, les experts de Baghera Wines ont eu un accès exclusif aux sous-sols de M. Jayer, là où tous les vins étaient encore stockés comme il les avait laissés au moment de son décès en 2006.

Parmi ces ultimes flacons, des millésimes de 1970 à 2001 dont plusieurs lots du Cros-Parantoux, ce Vosne-Romanée Premier Cru qui compte parmi les vins les plus chers du monde. Le Cros-Parantoux, c'est le nom de cette parcelle qu'Henri Jayer, vigneron méticuleux et attentif, avait entièrement façonnée, transformant cette terre à topinambours en vigne créatrice.

"Un passionné" 

"C'est de toute évidence la dernière page du Domaine Henri Jayer qui se tournera", ont expliqué dans un mail à l'AFP, Lydie et Dominique, les filles du viticulteur, qui assistent à la vente, synonyme de dispersion de leur héritage. "Ces bouteilles et magnums de sa réserve personnelle étaient un peu comme son laboratoire... une manière de voir vieillir ses crus au fil des ans", racontent ses filles qui ajoutent: "il nous est apparu naturel - n'étant pas en capacité de boire toutes ces bouteilles - de les proposer à la vente afin que les amateurs (...) puissent les acquérir et les boire, à sa mémoire".

Une sélection d'objets ayant appartenu à Henri Jayer ponctue cette journée d'enchères dédiée au "Roi du Bourgogne". Comme le veut la tradition bourguignonne, Henri Jayer conservait ses vins "sur pile", à savoir embouteillés et empilés dans sa cave, sans étiquettes ni capsules. En vue de la vente, des étiquettes et des capsules neuves ont donc été apposées sur l'ensemble des bouteilles et magnums par les filles d'Henri Jayer avant le transport des flacons vers Genève. "Notre père était passionné par son métier, qu'il vivait intensément", ont assuré ses filles, qui souhaitent que les bouteilles qui seront vendues aillent "rejoindre la cave d'amateurs qui sauront ouvrir et boire ces vins".

Selon Baghera Wines, les conditions de conservation des bouteilles mises aux enchères sont telles que les vins pourront encore être conservés de nombreuses années avant d'être dégustés... pour ceux qui sauront être assez patients.