Les bunkers de Franco, l'autre ligne Maginot, ouverts au public

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/12/2013 à 17H59
Une des photos de l'exposition du MUME sur les bunkers des Pyrénées signée Guillem Vidal.

Une des photos de l'exposition du MUME sur les bunkers des Pyrénées signée Guillem Vidal.

© Guillem Vidal/ MUME

C'est une partie oubliée de l'Histoire qui resurgit à La Jonquera, à la frontière franco-espagnole. Une dizaine de bunkers sur les milliers construits sous Franco le long des Pyrénées, ont été restaurés et sont désormais accessibles au public. Un témoignage précieux sur la deuxième guerre mondiale qui s'appuie également sur une exposition au Musée Mémorial de l'Exil (MUME).

Reportage : J.Lopez/J-F.Puakavase/W.Lorusso

https://videos.francetv.fr/video/NI_140791@Culture

C'est un incendie en 2012 qui a révélé l'existence de ces bunkers. Dissimulés par la végétation, ils avaient fini par se fondre dans le paysage, effacés de la mémoire collective. Une mémoire douloureuse en Espagne, toujours traumatisée par les années franquistes. Car c'est bien le Général Franco qui est à l'origine de la construction de cette ligne défensive inspirée de la ligne Maginot.

La ligne "P", comme Pyrénées
En 1943, les troupes allemandes pourtant alliées de l'Espagne franquiste arrivent jusqu'au Perthus, tout près de la frontière. Franco prend peur face à cet "ami" un peu trop pressant. Une crainte renforcée en 1944 par les premières défaites nazies qui font craindre au dictateur des représailles alliées. Il faut protéger le pays. Commence alors une campagne de construction de 5000 bunkers - la Ligne "P" - menée dans le plus grand secret jusqu'en 1955. Finalement 3000 de ces abris souterrains seront construits. Ils ne serviront jamais.
L'intérieur d'un des bunkers de la ligne P où les soldats espagnols étaient censés pouvoir passer plusieurs semaines.

L'intérieur d'un des bunkers de la ligne P où les soldats espagnols étaient censés pouvoir passer plusieurs semaines.

© France 3
Aujourd'hui un tiers subsiste, dont une dizaine qui a été restaurée et est aujourd'hui ouverte au public grace au travail de la Fondation pour les forteresses catalanes.

Parallèlement, une exposition photo est organisée jusqu'au 8 janvier 2014, au Musée Mémorial de l'Exil à La Jonquera. Des clichés du photographe barcelonais Guillem Vidal, qui s'est rendu auprès des bunkers au lendemain de leur re-découverte en 2012.,Un témoignage unique sur une histoire pas si lointaine.

Musée Mémorial de L'Exil
43-47 Carrer Major, La Jonquera, Espagne