Le tapis de choeur de Notre-Dame, un trésor à redécouvrir

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/01/2014 à 14H21
Ving-cinq mètres de long, deux cents mètres de surface, un tapis à la hauteur de la magnificence de Notre-Dame.

Ving-cinq mètres de long, deux cents mètres de surface, un tapis à la hauteur de la magnificence de Notre-Dame.

© France 3

Trente ans qu'il dormait dans les réserves de Notre-Dame. Le tapis de choeur spécialement tissé au XIXe siècle pour la cathédrale vient d'être restauré en partie. Il est visible jusqu'à la fin de la semaine dans le choeur de l'édifice. Une occasion rare d'admirer le savoir faire de la Manufacture royale de la Savonnerie.

Reportage : P.Sorgues / D.More l/ J-N.Espié / L.Comiot

https://videos.francetv.fr/video/NI_141329@Culture

C'est un chef-d'oeuvre du savoir-faire à la Française. Le tapis de choeur réalisé entre 1825 et 1833 pour Notre-Dame de Paris est la pièce maitresse de la Manufacture royale de la Savonnerie. Commandé sous la Restauration par Charles X, ce tissage de haute-lisse d'une qualité exceptionnelle est offert en 1841 à la cathédrale par Louis-Philippe à l'occasion du baptême de son petit-fils, le comte de Paris. Entre temps, la révolution de juillet 1830 a eu lieu. La monarchie n'est plus vraiment en odeur de sainteté et la totalité des fleur de lys qui décoraient l'ouvrage sont découpées et remplacées par des soleils plus consensuels.

Un tapis foulé par les plus grands

Exceptionnel par ses dimensions - 25m de long, 200m2 de surface pour un poids d'1,2 tonne - le tapis de choeur classé monument historique en 1974, n'est sorti des réserves qu'en de rares occasions. Dernière en date : la visite de Jean-Paul II à Paris en 1980. Avant le souverain pontife, les motifs bibliques et floraux qui ornent le tapis ont vu défiler Napoléon III et Eugénie le jour de leur mariage ou encore le tsar de toutes les Russies, Nicolas II en visite en France en 1896. Aujourd'hui c'est à votre tour de pouvoir l'admirer jusqu'au 17 janvier. Une occasion à ne pas manquer avant une nouvelle campagne de restauration estimée à plusieurs centaines de milliers d'euros et pour laquelle les mécènes sont les bienvenus.