Le jedek ? Une langue inconnue découverte en Malaisie

Publié le 14/02/2018 à 18H52
Femme malaisienne (image prétexte).

Femme malaisienne (image prétexte).

© AFP

Des linguistes ont récemment découvert que 280 personnes appartenant à une tribu malaisienne vivant dans un village reculé du nord du pays parlaient une langue jusqu'ici non répertoriée, le jedek. Les chercheurs de l'Université de Lund (Suède) ont découvert cette langue dans le cadre d'un projet visant à recenser les langues des communautés locales de Malaisie, a indiqué l'université.

Des mots et des phonèmes différents de la langue usuelle

La langue officiellement pratiquée dans le village en question était le jahai, mais en posant des questions, les linguistes se sont aperçus qu'un autre idiome était utilisé par certains habitants.  

"Nous avons réalisé qu'une grande partie du village parlait une langue différente. Ils utilisaient des mots, des phonèmes et des structures grammaticales qui n'existaient pas en jahai. Certains de ces mots suggéraient qu'il existait un lien avec d'autres langues utilisées dans des parties éloignées de la péninsule malaisienne", explique dans le communiqué Joanne Yager, membre de l'équipe des chercheurs.

Le village avait déjà été étudié par des scientifiques, a précisé son collègue Niclas Burenhult, mais "en tant que linguistes, nous avons posé des questions différentes et avons trouvé quelque chose qui avait échappé aux anthropologues".

Cette langue, le jedek, reflète un mode de vie plus égalitaire

Le jedek reflète un mode de vie où l'égalité entre hommes et femmes était plus grande que dans les sociétés occidentales, sans violence et qui n'encourage pas la compétition entre les enfants, a précisé l'Université de Lund.

Il n'existe pas par exemple de verbe autour du concept de propriété comme appartenir, voler, acheter ou vendre. En revanche, il y a "un vocabulaire fourni pour décrire le fait d'échanger et de partager", précise le communiqué. 

Selon l'Unesco, il existerait dans le monde au moins 6.000 langues parlées, mais la moitié est menacée de disparition. 

Au Luxembourg, la langue nationale est considérée comme "vulnérable"

Ainsi, le Lëtzebuergesch, la langue nationale du Luxembourg, est considérée comme une langue "vulnérable" par l'Unesco. Ce dialecte francique-mosellan est parlé par 390.000 locuteurs selon l'Unesco.

Pourtant, les autorités du Grand-Duché songent à la faire reconnaître par l'UE. Pour encourager la promotion du Lëtzebuergesch, à l'intérieur et au-delà des frontières de ce petit pays, un projet de loi a été déposé début janvier à la Chambre des députés.